Le grand cauchemar – réveillez-vous !

SECTION SPÉCIALE – LES INJECTIONS « PANDÉMIQUES »

Sommaire

1 – L’élaboration des « vaccins » est truffée de pensée magique

2 – L’ « efficacité » annoncée est une arnaque

3 – Le processus d’« approbation » gouvernementale est risible

4 – Les « vaccins » sont dangereux, de plusieurs façons

5 – L’arnaque de la campagne de « vaccination » et la menace de l’obligation

Conclusion

Sommaire

Nous ne sommes pas virologues ou infectiologues, nous ne sommes pas médecins, nous ne sommes pas juristes, nous ne sommes pas politiciens, nous ne sommes pas journalistes, nous ne sommes pas sondeurs, ni responsables de santé publique. C’est justement pourquoi tout au long de ce bulletin nous avons recours à des informations provenant directement de tels spécialistes et scientifiques réputés, en plus de multiples références provenant directement des autorités de santé publique comme Santé Canada, le CDC, la FDA, la EMA, ou le NIH, de la bouche des politiciens, et des documents émanent directement des compagnies pharmaceutiques. Nous nous fions aussi aux affirmations de juristes, médecins, virologues, infectiologues, généticiennes, et infirmières. Nous nous référons aussi à des dizaines d’études scientifiques revues par des pairs et publiées dans des revues scientifiques réputées, comme le Lancet, le New England Journal of Medicine, et le Journal of the American Medical Association. Nous avons aussi recours à beaucoup de références provenant de médias populaires qui rapportent des faits, ou des médias alternatifs quand les informations ont été boudées par les grands médias. Nous avons aussi recours à des sondages faits par des sondeurs professionnels. Tout ce que nous exprimons dans ce bulletin est partagé par des millions de spécialistes de santé publique, médecins, infirmières, virologues, immunologues, juristes, sondeurs, sociologues, ou autres citoyens capables de pensée critique à travers le monde, mais qui ont souvent été ignorés, dénigrés et censurés par les forces du pouvoir et les médias populaires. Nous pensons que tous et chacune devraient toujours bien s’informer avant toute décision qui a trait à sa santé.

DERNIÈRE HEURE 24 mars 2021 : Le directeur de la santé publique vous met en garde contre la vaccination telle que prescrite par les fabricants des « vaccins » et par Santé Canada :

Nous vous prions de regarder cette vidéo du directeur de la santé publique du Québec. Posez-vous la question à savoir si vous avez affaire à une institution qui maîtrise parfaitement la situation. Nous en retenons que cette campagne précipitée de « vaccination » est une improvisation totale qui change au gré du vent et qui fait fi de toutes les directives qui découlent des « essais cliniques » des fabricants de « vaccins », sur lesquelles sont basées les autorisations provisoires de Santé Canada. Nous reviendrons sur ce point en plus grand détail dans la section Pourquoi « vacciner » les personnes qui ont déjà eu la maladie.

DERNIÈRE HEURE 13 avril 2021: Après avoir été autorisés pour utilisation urgente par Santé Canada principalement sur la base qu’ils avaient été approuvés par la FDA américaine, voilà que la FDA suspend maintenant l’autorisation du « vaccin » Janssen (Johnson&Johnson) partout dans le pays après plusieurs cas de traumatismes et décès suivant la « vaccination ». Maintenant, Santé Canada fait le mouton et suit les États-Unis avec une révision de l’autorisation pourtant donnée si allégrement il y a à peine un mois : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1784401/justin-trudeau-pandemie-conference-presse-13-avril

Pour nous, ceci est l’évidence même que le processus d’autorisation des « vaccins » est une véritable supercherie et cette « vaccination » rien de moins qu’un jeu de roulette russe. Vous pouvez lire beaucoup plus sur ce thème dans cette section.

DERNIÈRE HEURE 15 avril 2021 : voici un article excellent qui dresse une liste de 18 bonnes raisons pour ne pas se soumettre à l’expérience « vaccinale » en cours (en anglais) À LIRE !!!

BONNE NOUVELLE 18 avril 2021 : Microsoft News rapporte que Moderna a annoncé que la troisième dose de leur « vaccin » est en cours de développement et sera offerte aussitôt que l’automne 2021. Alors pour ceux et celles qui adorent les « vaccins » c’est une excellente nouvelle. Peut-être offriront-ils aussi une quatrième dose avant la fin de l’année, et plusieurs autres doses pour les « variants » de 2022, ces « vaccins » étant bien sûr « hyper étudiés » selon un représentant de l’INSPQ ! https://www.msn.com/en-ca/health/medical/moderna-covid-vaccine-will-make-third-booster-shot-available-to-americans-by-the-fall-ceo-says/ar-BB1fMVcY

ATTENTION 23 avril 2021 : Un sondage Léger effectué le mois dernier a trouvé que 3% des personnes « vaccinées » se retrouvaient à l’hôpital dans les jours suivants. C’est une quantité énorme. En fait, ceci représente jusqu’à 65,000 hospitalisations dues aux vaccins. Même si nous coupons ce nombre de 90%, cela représente plus d’hospitalisations « pandémiques » que celles rapportées par les autorités. Comment comptent-ils les hospitalisations ? Est-ce qu’une personne hospitalisée à la suite de la « vaccination » est rapportée dans les hospitalisations « pandémiques » que nous voyons dans les médias ? D’une façon ou de l’autre, c’est bien possible que la plus grande cause d’hospitalisation au Québec depuis des mois est la « vaccination », et non la « pandémie ». Voici une histoire d’horreur suivant la « vaccination » racontée sur Facebook par une personnalité québécoise : https://www.facebook.com/339591429764720/posts/1630895257300991/

CONFIRMATION 24 avril 2021 : C’est maintenant confirmé par les actions du premier ministre du Canada : la « vaccination » « hyper efficace » de 95% avec deux doses est complètement bidon (comme déjà annoncé par les dirigeants de Moderna et Pfizer). Toutes les personnes « vaccinées » devront avoir des doses supplémentaires et perpétuelles et le premier ministre a déjà commandé de Pfizer 35 millions de doses pour 2022, 30 million de doses pour 2023, 60 millions de doses pour 2024 et des options pour plusieurs années suivantes. https://www.msn.com/en-us/news/world/brief-canada-signs-booster-deal-with-pfizer-for-35-mln-doses-in-2022-30-mln-in-2023-pm-trudeau/ar-BB1fYpyA  La « vaccination » à perpétuité.

_____________________________________________________________________________

Nous arrivons ici au point névralgique de toute cette affaire. Comme nous l’avons expliqué en détail dans notre bulletin jusqu’à présent, il nous semble évident que toute cette « pandémie » a été orchestrée, partout dans le monde, via l’OMS, les gouvernements, et les médias traditionnels et leurs commanditaires, pour en arriver à une campagne de « vaccination » massive, et l’instauration d’un nouveau monde basé sur la conformité et la standardisation médicale. La « vaccination » est devenue une finalité qui n’a plus rien à voir avec la santé ou même une « pandémie ». Selon les résultats obtenus dans les « essais » cliniques et dans le grand public, il n’y a plus aucune façon rationnelle de justifier cette campagne de « vaccination ».

Cette section traite uniquement des « vaccins » pour la « pandémie » qui ont été autorisés provisoirement. Nous ne pensions pas devoir écrire cette section dans notre bulletin, mais ces super « vaccins » sont arrivés à vitesse éclair, des années avant le temps. Nous avons déjà décrit plus haut quelques informations sur cette arnaque des infâmes « vaccins » pour la « pandémie » mais en voici d’autres plus exhaustives et spécifiques. En considérant toutes les informations disponibles fournies par les compagnies pharmaceutiques elles-mêmes, l’étude du protocole, de la méthodologie et des résultats de leurs soi-disant « essais cliniques », les informations des autorités de la santé et des gouvernements, les motifs donnés par les autorités pour approuver les « vaccins », l’opinion de centaines d’experts à travers le monde, ainsi que les observations depuis le début de la campagne planétaire de « vaccination », nous affirmons sans équivoque que ces « vaccins » :

  • Sont le produit d’essais cliniques scientifiquement frauduleux
  • N’ont pas été approuvés par la FDA américaine ni pleinement approuvés par Santé Canada ; on n’a donné aucune licence pour prescrire ces « vaccins »
  • L’autorisation d’utilisation urgente n’est qu’une licence d’investigation ; autrement dit, le gouvernement a autorisé d’investiguer les résultats de ces « vaccins » sur le public
  • Sont rejetés par la majorité des travailleurs de la santé à travers le monde
  • Sont absolument inutiles pour retourner à la « normale »
  • Ne serviront à rien pour réduire ou éliminer les mesures imposées
  • Sont absolument inutiles pour atteindre le but visé et annoncé
  • Ne servent en rien pour diminuer les infections et tout démontre le contraire
  • Ne servent en rien pour diminuer la contagion et tout démontre le contraire
  • N’ont jamais été testés sur des femmes enceintes ou des enfants de moins de 16 ans ou des personnes immunosupprimées
  • Ont des contre-indications touchant une large proportion de la population
  • Causent beaucoup plus de torts que le mal visé, globalement
  • Augmentent les chances de développer des symptômes graves de la maladie
  • Sont potentiellement des vecteurs pour des troubles génétiques sévères à moyen et long terme
  • N’aurons jamais été étudiés en bonne et due forme, maintenant que les « essais cliniques » ont été avortés par les compagnies avec l’approbation des gouvernements : https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-12-15/moderna-to-offer-covid-shots-to-volunteers-who-got-placebo

Ces « vaccins » menacent l’humanité

Avant toute chose, regardez et lisez ces informations concernant un des plus grands spécialistes de vaccination au monde, et aussi un fervent pro-vaccination, Geert Vanden Bossche, qui dénonce néanmoins sans retenue cette campagne de « vaccination » comme étant un apocalypse potentiel pour l’humanité. Dans une lettre ouverte dirigée à l’OMS et à tous les gouvernements du monde, il a supplié avec un cri du cœur de stopper immédiatement cette « vaccination » expérimentale pendant que la « pandémie » fait encore rage, pour plusieurs raisons. Vous trouverez ici-bas sa lettre, ainsi que deux entrevues vidéo :

Selon Bossche, nous avons deux sortes d’immunité : une immunité innée et une immunité acquise. L’immunité innée est systémique et existe à la naissance. C’est une immunité qui peut venir à bout d’une infection par la force brute. Tout au long de la vie, cette immunité peut s’affaiblir (naturellement avec le vieillissement ou avec la maladie) mais heureusement, va être remplacée par l’immunité acquise, ou spécifique. L’immunité acquise est plus raffinée et spécifique à un pathogène. Pour bien comprendre la différence, imaginez un jeune de 20 ans qui est à son maximum de puissance et qui peut déplacer une charge avec sa force brute. Une personne plus âgée, elle, peut aussi faire la même chose mais elle aura recours à un peu plus d’intelligence, ou de sagesse, et utilisera un levier pour arriver à déplacer la charge. Le système immunitaire innée est comme le jeune de 20 ans, et arrive au but instinctivement, avec la force brute, alors que le système immunitaire acquis, lui, utilise une leçon apprise, le levier, pour accomplir la même chose. Le problème avec la « vaccination » prophylactique des personnes qui peuvent vaincre une infection sans aide, avec la force brute, est que la force du système immunitaire inné est réduite par autant. De plus, nous verrons que la leçon apprise par tout vaccin n’est jamais aussi bonne que l’infection elle-même, et souvent, la leçon est erronée, ce qui mène à une foule d’autres dangers auto-immunitaires ou d’apprêt pathogénique potentiels (que nous verrons plus loin). Il n’y a rien comme une infection naturelle. En des termes très simples, c’est tout simplement inutile et contre-productif de « vacciner » les 99% des personnes pour qui le virus vedette ne représente aucun danger pour la vie : les jeunes personnes et la majorité des autres personnes qui ont résisté remarquablement à ce virus. Il exhorte les dirigeant de ne pas bousiller cette immunité précieuse des personnes en santé. M. Vanden Bossche explique également que la « vaccination » en pleine « pandémie » ouvre la porte à la propagation accrue des « variants » et a plusieurs autres réponses immunitaires erronées ou pathogéniques. Sa solution à la « pandémie » aurait consisté à ne pas paniquer comme l’ont fait les autorités, constater que le virus n’est vraiment par aussi dangereux qu’on prétend, ne pas imposer aucune mesure sanitaire, et laisser les personnes acquérir et combattre ce virus naturellement. Il dit que les gouvernements auraient dû laisser les personnes continuer leur vie normalement, et uniquement profiter de l’opportunité pour éduquer la population de l’importance de prendre soin de leur santé avec une bonne alimentation, le plein air, l’exercice, etc. C’est précisément ce que notre directeur a écrit au premier ministre il y a plus d’un an maintenant !

Ces « vaccins » sont dangereux

En vous soumettant à ce « vaccin », vous mettez votre santé et votre vie entièrement entre les mains de compagnies pharmaceutiques avares de profits, et vous prenez tout le risque vous-même (les compagnies, les autorités, et le personnel médical étant exemptées du risque), et surtout, sans aucun bénéfice. Toutes les campagnes massives de nouvelle vaccination « d’urgence » dans l’histoire ont aussi été éventuellement interrompues d’urgence après que des milliers de blessures et / ou décès catastrophiques furent rapportés suite à la vaccination, de la polio en 1955 (avec l’incident Cutter) jusqu’en 2009 avec le H1N1, en passant par la catastrophe du vaccin pour l’influenza de 1976. Sous l’effet de la panique et de la peur, on n’agit jamais rationnellement et il y a toujours des conséquences inattendues et souvent désastreuses et irréversibles. Nous verrons plus loin la quantité impressionnante de torts et décès déjà causés par ces nouveaux « vaccins ».

Voici un article qui traite de plusieurs aspects méconnus de ces « vaccins » : https://vaccinechoicecanada.com/in-the-news/covid-19-vaccine-concerns-by-ted-kuntz/

Voici la page de Vaccine Choice Canada traitant de ces nouveaux « vaccins » : https://vaccinechoicecanada.com/resources/covid-19-vaccines/

Voici un résumé des plus récents articles sur la campagne de « vaccination » en cours : https://childrenshealthdefense.org/defender/covid-19-vaccine-news/à

Les « vaccins » sont inefficaces à 100 %

Le but de toute cette idée de « vaccination » était de stopper une prétendue « pandémie » et mettre fin aux mesures « sanitaires » débilitantes. Pour y parvenir, un « vaccin » devrait absolument protéger une personne d’une infection avec le virus, et devrait aussi prévenir la transmission du virus d’une personne infectée à une autre, ou la contagion. Or, ce n’est pas du tout le cas. Nous verrons tout ceci en plus grand détail plus loin dans cette section spéciale, mais nous devons affirmer d’emblée que les « vaccins » proposés sont absolument inutiles. LISEZ BIEN : aucun des « vaccins » proposés n’est fabriqué ou vendu ou autorisé pour prévenir l’infection par un virus, et aucun ne prévient la transmission.

« S’il y avait un vaccin contraceptif, mais qu’après l’avoir pris, vous pouviez autant être enceinte, et vous deviez quand même utiliser un condom, est-ce que vous le prendriez quand-même ? La question du vaccin actuel est aussi stupide que cela. »     – Ben Gilroy

On vous ment quand on vous dit que le « vaccin » vous protégera et protégera votre entourage. C’est de la pure fabrication délirante. C’est pourquoi ils vous disent que vous devez quand même continuer à garder vos distances, vous laver les mains obsessivement, et porter un masque, même si vous êtes « vaccinée ». Ils ne servent à rien, sauf risquer de vous blesser ou tuer !

En fait, la campagne de « vaccination » actuelle n’a absolument rien à voir avec votre santé, mais tout à voir avec des ambitions sordides de gains financiers des fabricants et de pouvoir des dirigeants. Nous traiterons de ceci en plus grand détail plus loin, mais écoutez d’emblée dans cette vidéo comment les dirigeants d’une des compagnies de ces « vaccins » admettent déjà que leur produit est absolument inutile pour empêcher quoi que ce soit et surtout pour enrayer quelconque « pandémie ». En fait, ils souhaitent à tout prix que la « pandémie » ne disparaisse jamais et ils sont déjà en train de calculer les marges de profits de leur campagne de « vaccination » annuelle ou biannuelle quand la « pandémie » deviendra « endémique » ou éternelle, et qu’ils pourront augmenter le prix de leur « vaccin » : https://youtu.be/WZnlC-eUCoo

Le plus important : ces « vaccins » ne sont pas nécessaires

Pour toutes les raisons expliquées depuis le début de ce bulletin, la « vaccination » pour cette « pandémie » n’est tout simplement pas nécessaire. De plus, comme notre directeur l’a écrit dans sa lettre au premier ministre au mois de mars 2020, à la fin du compte, toutes les personnes seront éventuellement exposées à ce virus et à tous les autres virus qui viendront. La vaste majorité du monde n’en ressentiront rien, et presque la totalité n’en mourront pas. C’est ça l’idée de la Nature. C’est une bataille perdue d’avance. Mais plutôt que de débattre sur cette nécessité, le monde entier est pris dans des débats superflus sur les fins détails de ces « vaccins », de leur mode de fonctionnement, de leur « efficacité », de leur innocuité, de leurs dangers, de leur durée d’immunité, de leur distribution, des différentes marques, des effets indésirables, etc. Tout ce débat est un écran de fumée pour cacher la seule vérité qui compte vraiment et que seulement peu de personnes réalisent, qu’ils ne sont pas nécessaires !

C’est comme si on tentait de vous vendre une espèce de parapluie pour les voitures, pour les protéger de la pluie. On vante ces parapluies, leur technologie tres sexy, design ingénieux, leur efficacité incroyable pour garder votre auto sèche (à 95% – wow !). Vous n’aurez plus jamais besoin d’allumer les essuie-glaces et vous aurez donc une bien meilleure visibilité ! On vous explique qu’ils absorbent toute la pluie qui tombe du ciel miraculeusement comme une grande éponge. On vous explique qu’ils sont sans danger pour vous (sauf parfois quand l’éponge devient trop imbibée et qu’elle peut vous écraser et vous tuer, mais c’est très rare et peu probable). Non, ils sont parfaitement sécuritaires ces parapluies, et en plus ils durent un époustouflant 3 mois ou 6 mois (au mieux) ! Vous devrez les remplacer quand ils commenceront à avoir des fuites dans quelques mois, mais ce n’est pas grave, le gouvernement va payer pour l’installation initiale et tous les remplacements dans le futur, à vie. On installe le parapluie avec un boulon que l’on visse à travers le toit de votre voiture, mais ce n’est qu’un tout petit trou. Il se peut qu’il y ait une petite fuite mineure au niveau du boulon, ou un peu de rouille, mais ne vous en faites pas, ce n’est vraiment rien du tout. Ils causeront aussi une augmentation dramatique de la consommation d’essence, mais cela en vaut la chandelle. On vous explique qu’ils sont essentiels pour garder votre voiture et le pare-brise sec afin de ne pas avoir votre visibilité réduite avec la pluie, et protéger ainsi tous les autres utilisateurs de la route que vous pourriez heurter au passage si vous ne voyez pas bien la route. Après tout, nous assistons à une véritable épidémie de décès routiers. Il y a 2,500 morts par année dans les accidents de voiture. C’est vraiment pour garder votre famille, vos amis, vos voisins, et toute la population en sécurité que vous devez absolument installer ce grand parapluie. Soyez donc responsables, ne soyez pas égoïste, et installez-le. C’est gratuit !

  • « Non merci, je peux très bien conduire avec mes essuie-glaces. Je passe mon tour. »
  • « Ne soyez pas égoïste. Pensez aux autres personnes sur la route. »
  • « Mais les 2,500 morts sont principalement causées par les personnes qui roulent trop vite ou qui boivent de l’alcool, pas la pluie. De plus, je ne roule pas vite et je ne bois pas. »
  • « Est-ce que vous niez l’existence de la pluie ? Croyez-vous aussi que la terre est plate ? La pluie est dangereuse. Vous devez installer le parapluie sur votre voiture. »
  • « Je ne nie pas la pluie. Je dis juste que la pluie n’est pas dangereuse pour moi et presque toutes les autres personnes sur les routes. C’est seulement dangereux pour les personnes qui n’ont pas d’essuie-glaces ou qui négligent de les entretenir. »
  • « Complotiste ! Égoïste ! Salaud ! Irresponsable ! »
  • « Et si le parapluie tombe et me blesse ou me tue ? »
  • « C’est très rare. Seulement 8,000 personnes ont été blessées ou tuées par les parapluies qui ont tombés, jusqu’à présent, sur 1 millions d’installations, et les scientifiques disent que rien ne prouve que c’est le parapluie qui était responsable des blessures ou des décès ! C’est tout à fait sécuritaire. Et si ça arrive, ne vous inquiétez pas, le gouvernement va vous compenser ou bien va compenser votre famille (si vous réussissez à prouver que c’est le parapluie qui vous a tué, bien sûr). Bonne chance ! »
  • « Mais, non…. mais j’utilise mes essuie-glaces sans problème depuis 50 ans ! »
  • « NEIN ! Si vous n’installez pas ce parapluie, vous ne pourrez pas utiliser les routes de la province et du pays. »

Vous comprenez ? Toutes les questions par rapport aux « vaccins » (ou parapluies) deviennent ridicules et superflues quand nous établissons dès le départ qu’il n’y a aucune nécessité pour eux ! On a créé un besoin artificiel qui n’existe pas.

Enfin, n’oubliez pas, un « vaccin » vous modifie biologiquement de façon permanente et irréversible. Il est dans vous et fait partie de vous pour toujours. C’est un mariage jusqu’à la mort, pour le meilleur et pour le pire. Pensez-y bien avant de faire un don de votre corps à la « science » bidon des compagnies corrompues et leurs promoteurs, les autorités de « santé publique » !

1 – L’élaboration des « vaccins » est truffée de pensée magique

Sans virus, comment faire un vaccin

Comme expliqué plus haut, l’infâme virus de l’année n’a jamais été observé, isolé et encore moins cultivé. Nous avons beaucoup de difficulté à croire comment on peut prétendre même faire de la recherche pour créer un vaccin pour vaincre quelque chose que nous n’avons pas saisi. C’est la première fois de l’histoire qu’un « vaccin » est élaboré sans le vilain pathogène en main. Le principe vaccinal a toujours été de trouver, d’isoler et de cultiver un pathogène, et de l’injecter dans les personnes, de diverses façons, en tout ou en partie, « mort ou vivant » selon les cas, afin de solliciter une réponse immunitaire. Or, en l’absence du pathogène en question, qu’est-ce qu’on va injecter dans les personnes ? C’est un peu le même principe que pour les tests PCR bidons, qui cherchent quelque chose qui est inconnu et imprécis, ou purement théorique.

En fait, les compagnies ne prétendent pas avoir trouvé ou isolé le virus, ni de l’injecter dans les personnes. Elles s’appuient plutôt sur une théorie toute autre qui n’a rien à voir avec le principe vaccinal fondamental. C’est une nouvelle forme de thérapie génétique qui aurait été développée pour d’autres usages, comme pour le cancer, mais qui a été adaptée en vitesse pour sortir un produit quelconque dans un échéancier précis et prédéterminé depuis le mois de mai 2020.

L’infâme technologie ARNm

Alors que tous les vaccins dans l’histoire ont utilisé le principe d’injecter des pathogènes dans le corps des personnes pour être reconnus et combattus par le système immunitaire, cette nouvelle technologie utiliserait une autre technique. On prétend plutôt qu’on injecte des nanoparticules qui agissent comme « messagers » pour « donner l’instruction » à notre corps de « fabriquer » une fraction infiniment petite d’un virus (moins de 1%), que notre système immunitaire reconnaîtra et combattra. Il semble que les compagnies pharmaceutiques ont trouvé la force de la Vie, comme dans un film de science-fiction. On sait maintenant « donner une instruction » vitale aux molécules de notre corps. Pourtant, avec toute la technologie du monde, on a de la misère à faire conduire une automobile seule sans faire d’accident, mais on aurait maintenant appris, en quelques mois seulement, comment donner des instructions au niveau moléculaires à notre corps pour fabriquer des nouvelles protéines parfaitement, sans aucune erreur, de façon universelle. On aurait enfin dépassé l’intelligence de notre Créateur.

Maintenant, admettons pour un instant que cette « technologie » moléculaire fonctionne vraiment telle que décrite par les fabricants et nos représentants de santé publique et journalistes, qui sont devenus des spécialistes de biotechnologie. Si on croit ces explications dignes de films de science-fiction, il faut néanmoins comprendre que le petit projet clés en main de construction moléculaire génétique « parfait » que les fabricants et le gouvernement veulent injecter dans votre corps n’est pas un projet de virus complet. Il s’avère que la partie du virus que le « vaccin » souhaite faire construire correspond précisément à cette soi-disant section du virus qui a été utilisée comme cible depuis la dernière année dans ces tests PCR bidons que nous avons décrits plus haut dans notre bulletin. On pourrait donc s’attendre à ce que les personnes « vaccinées » reçoivent un test « positif ». C’est exactement ce qui est en train de se produire. Il y a des centaines d’exemples comme celui-ci : https://www.kitv.com/story/43490943/3-fully-vaccinated-hawaii-residents-contract-covid19-doh-reports

Même si on admettait croire en cette « nouvelle technologie », il y a de nombreux scientifiques qui dénoncent l’utilisation de cette technologie dans ces nouveaux « vaccins ». Voici seulement quelques exemples :

  • Si vous pensez servir de cobaye pour cette grande expérimentation globale en vous soumettant à ces « vaccins », vous devriez au moins regarder cette entrevue avec le professeur Christian Perronne en France qui dénonce férocement cette ruée vers les « vaccins » qui n’en sont même pas, mais qui sont plutôt de la thérapie de modification génétique des cobayes : https://www.youtube.com/watch?v=BowgSfdfTow
  • Le Dr Andrew Kaufman décrit la supercherie de ces nouveaux « vaccins » : https://youtu.be/-R8xlr7pjgI
  • Le journaliste James Corbett décrit en grand détail la supercherie de ces faux « vaccins » et du précédent de dystopie que les autorités sont en train d’établir : https://www.corbettreport.com/futurevaccines/
  • Le Dr Joseph Mercola décrit dans cet article le fonctionnement prétendu de ces nouveaux « vaccins » et du potentiel désastreux pour la santé : https://childrenshealthdefense.org/defender/covid-brave-new-world-of-vaccines/
  • La généticienne française Alexandra Henrion-Caude décrit l’imposture incommensurable des « vaccins » qui sont en train d’être distribués globalement : https://www.youtube.com/watch?v=aW1awlojQMY

Si vous n’aimez pas l’idée de manger des aliments modifiés génétiquement (OGM), sachez qu’en acceptant ces nouvelles classes de vaccins, vous deviendrai vous-même un organisme génétiquement modifié ! Les personnes vaccinées reçoivent des résultats de « tests » positifs après avoir été vaccinés. Il ne s’est pas encore écoulé assez de temps pour savoir s’ils « testeront » positifs pour toujours, mais c’est une réelle possibilité. Si on croît l’idée de la technologie ARNm, quel autre projet de construction moléculaire à moyen ou long terme les cellules des personnes recevront-elles de ce « vaccin ». C’est comme jeter une poignée de cailloux par terre et souhaiter que les cailloux tracent le contour parfait d’une licorne, à chaque fois. Imaginez donc le désastre potentiel alors que la majorité des pays du monde sont en train de médicaliser les voyages avec l’exigence de « vaccins » pour entrer au pays. Les cobayes qui participent à l’actuelle expérience sur l’humanité à grande échelle risquent de se trouver dans une situation très difficile dans le futur.

De plus, admettant qu’on croit à la technologie annoncée, un bon nombre de scientifiques sont inquiets que les personnes vaccinées soient des vecteurs importants de délestage virale génétiquement modifié. Les virus étant des exosomes cellulaires, il serait plausible que la technologie ARNm contribue à fabriquer des protéines modifiées et dangereuses, et qui seraient propagées par les personnes vaccinées. On ne peut pas écarter la possibilité que dans un futur proche, les personnes « vaccinées » avec cette thérapie génétique seront celles bannies de la société, plutôt que le contraire, à cause du risque qu’elles représentent pour les autres. Qui voudrait risquer d’être exposé à une personne qui est devenue une manufacture de virus ou matériel génétiquement modifiés alors que notre système immunitaire n’est peut-être pas en mesure de nous défendre contre ces OGM. À vous de décider si vous voulez-vous prendre ce risque, pour peut-être avoir une grippe un peu moins forte, si vous l’attrapez, et ce, seulement pour une « protection » qui ne durerait pour quelques mois.

Enfin, avez-vous considéré ce que toute cette nouvelle technologie signifie pour toute l’activité de don de sang et des transfusions sanguines. Est-ce que vous aimeriez recevoir, en cas d’accident, du sang d’une de ces personnes OGM ? Ce sera peut-être le prochain scandale du sang contaminé. Tout cela pour une foutue grippe.

Voici donc le genre d’enseigne que nous risquons de retrouver sur de plus en plus de portes de nos commerces, pour remplacer la panoplie de grands posters bleus qui défigurent tous les commerces depuis un an :

Pour les personnes qui préfèrent entendre les informations de la bouche de spécialistes, médecins, scientifiques, avocats, etc., sous forme vidéo [en anglais], vous pouvez trouver une synthèse de plusieurs aspects de cette nouvelle campagne de « vaccination » dans cette conférence récente d’une douzaine d’experts, qui n’ont aucun autre intérêt que de dire la vérité pour votre santé. Notez que le jour après cette conférence, plusieurs de ces conférenciers ont subi une attaque concertée de censure des grands réseaux sociaux, comme Facebook, Twitter, et Instagram. Le neveu de JFK, Robert Kennedy Jr., a vu son compte Instagram disparaître, avec ses 800,000 abonnés : https://childrenshealthdefense.org/webinar/the-covid-vaccine-on-trial-if-you-only-knew/

Voici plusieurs scientifiques et médecins de réputation mondiale qui dénoncent ces « vaccins » et qui décrivent comment les personnes « vaccinées » deviennent des vecteurs pour la propagation de nouvelles maladies :

Et des centaines de témoignages de citoyens :

Nous n’aimons pas particulièrement les entreprises à but lucratif qui découlent de cette « pandémie » (et c’est le seul lien de ce genre que nous fournissons), mais voici néanmoins une autre ressource qui peut s’avérer utile pour immortaliser toute cette information sur les « vaccins » dans un média permanent (DVDs), et qui ne peut pas disparaître en un clin d’œil sur internet avec la censure de la part des géants de la technologie GAFAM ! Cette série de 9 documentaires de 2 heures chacun est en cours de production, et chaque épisode est disponible en ligne gratuitement pendant 24 heures, avant d’être transféré aux DVDs qui pourront être achetés plus tard : https://vrevealed.com/covid/viewing/ Regardez les commentaires des spécialistes au bas de cette page web, qui résument bien le tout.

La structure, méthodologie et conduite des « essais » sont bidon à 100 %

Tout, mais absolument tout, dans les « essais cliniques » faits pour ces nouveaux « vaccins » est risible pour toute personne qui prend le temps de les analyser. Ces soi-disant « essais » ont été structurés de façon à garantir le résultat souhaité. Les compagnies pharmaceutiques ont publié initialement seulement des sommaires de la structure de leur étude, les suppositions faites, la méthodologie, les critères de « succès », l’analyse des résultats, incluant la méthode de sélection des cobayes. Tout ceci a été fait via de simples communiqués de presse, et croyez-le ou non, mais c’est principalement avec ces simples communiqués sommaires que les autorités de santé publique et les dirigeants se sont prononcés très optimistes et confiants, sur toutes les ondes, partout dans le monde. Toute la masse de la population, crédule et ayant soudainement en 2020 confiance entière en leurs dirigeants, ont cru « dur comme fer » à un véritable mensonge de ces « essais cliniques ». Mais avec la pression de certains scientifiques un peu plus curieux et ayant une capacité de raisonnement un peu plus élevée que la moyenne, et certains organismes de santé publique ou regroupement de spécialistes de la santé, les compagnies pharmaceutiques ont été forcées de révéler plus d’information et de données sur leurs « essais cliniques », et c’est l’analyse de cette nouvelle information qui révèle l’amplitude de la fraude intellectuelle. Cependant, le public avait déjà eu le cerveau lavé, et les autorités avaient déjà approuvé les « vaccins ».

Premièrement, il y a un biais énorme et insurmontable qui nous oblige à rejeter d’emblée toute information, rapport et conclusion des compagnies pharmaceutiques. Ce sont les compagnies elles-mêmes qui ont mené leurs propres « essais cliniques ». Imaginez, c’est le fameux vendeur d’huile de serpent qui est responsable de tester lui-même les vertus de son produit et son innocuité et d’en faire un rapport aux autorités. Est-ce que vous croyez vraiment ces publicités de détergents à lessive dans lesquelles des « scientifiques » à sarreau blanc démontrent que leur détergent rend le linge plus propre et plus blanc que le concurrent ? Croyez-vous qu’il s’agît vraiment de scientifiques objectifs qui ont la propreté de vos vêtements à cœur ? C’est ce que vous feriez en croyant ces « essais cliniques » de « vaccins ». On laisse donc la compagnie tester elle-même son propre produit qui va se vendre pour des milliards de dollars, dans le secret absolu. C’est la compagnie elle-même qui va choisir les cobayes, établir la structure de l’étude et les prémisses, mener les « essais », récolter les données, déterminer les critères de « succès », analyser les résultats, et tirer ses conclusions. Tout ceci, sans aucune supervision ni revue par des pairs. Elle va ensuite remettre le rapport qu’elle a élaboré elle-même aux autorités pour approbation, et dans environ trois minutes (ok, plutôt une grosse semaine), quelques fonctionnaires fédéraux approuvent le produit pour être injecté directement dans le sang de millions de personnes. Vous pensez peut-être innocemment que nous devons donner le bénéfice du doute à la compagnie et se fier à sa bonne foi, et que personne ne pourrait falsifier de telles études. L’évidence, l’histoire et des centaines de verdicts des tribunaux depuis des décennies ont prouvé que les compagnies pharmaceutiques n’ont qu’une seule loyauté, l’actionnaire. Voici un article parmi des centaines qui décrit pourquoi les Français ont raison de craindre les « vaccins » des compagnies pharmaceutiques. Des compagnies s’en sortent avec une tape sur les doigts ou avec seulement des amendes quand elles causent sciemment des milliers de morts avec leurs produits : https://www.rt.com/op-ed/519531-big-pharma-vaccine-deaths-fine/ En particulier, la compagnie vedette de l’heure, Pfizer, a été condamnée à payer US$2,3 milliards de dollars pour régler des poursuites criminelles et civiles concernant sa malfaisance pharmaceutique et fiscale. https://abcnews.go.com/Business/pfizer-fined-23-billion-illegal-marketing-off-label/story?id=8477617 Mais encore pire, les gouvernements ont jugé bon d’exempter les fabricants de ces nouveaux « vaccins » de toute poursuite judiciaire. Les compagnies sont mortes de rire, jusqu’à la banque. Lisez plus bas sur la plus grande arnaque du siècle.

Concernant l’analyse des effets pervers des « vaccins », la structure des essais était risible, pour n’importe quelle personne qui a la moindre capacité de raisonnement. On a injecté des personnes une première fois, et on a attendu 28 jours pour l’injection suivante. Pour l’analyse des effets indésirables par rapport aux bénéfices prétendus, on a commencé à compter les effets indésirables seulement 14 jours après la deuxième injection, avec la prétention que l’effet d’innocuité des « vaccins » commençait seulement 14 jours après la deuxième injection. On a tout simplement ignoré les effets indésirables, incluant des décès, pendant les 42 premières journées de l’étude, avant le soi-disant bénéfice immunitaire. Cependant, les données complètes révèlent que pendant ces 42 jours, il y a eu des quantités massives d’effets indésirables pour les personnes recevant le « vaccin », beaucoup plus que pour les personnes recevant le « placebo ». Mais ces données ont simplement été ignorées. Ceci a pour effet de renverser diamétralement la vérité de cette « vaccination ». La vérité est que les personnes « vaccinées » ont eu environ 1000% plus d’effets indésirables que le groupe contrôle (10 fois plus). Ceci est bien expliqué par Del Bigtree dans la vidéo suivante : https://thehighwire.com/videos/how-effective-is-the-covid-19-vaccine/

Pour tous les « essais cliniques », il y a eu une pré-sélection des cobayes, éliminant dès le départ les personnes les plus à risques d’avoir des réactions indésirables ou de mourir à la suite de leur « vaccin ». Par exemple, on exclut les personnes ayant des allergies connues, des personnes plus fragiles pour différentes raisons, des personnes dans certains groupes d’âges, des femmes enceintes, des personnes ayant des troubles immunitaires. Par exemple, on a utilisé moins de 5% de personnes de plus de 75 ans, et moins de 1% de personnes de plus de 85 ans, soit les personnes les plus vulnérables (le groupe pratiquement exclusivement visé par la « pandémie » !), qui auraient eu encore plus de réactions indésirables pendant les « essais ». Ceci expliquerait le nombre mirobolant de décès depuis la campagne de « vaccination » chez les personnes dans les foyers de personnes âgées. De plus, les « vaccins » n’ont pas été testés sur les femmes enceintes, comme c’est toujours expliqué dans la monographie des vaccins. Cependant, on a quand même l’intention de les « vacciner » avec la campagne en cours. Depuis le début de la campagne, des centaines de femmes enceintes ont eu une fausse couche spontanée après la « vaccination ». On n’a aucunement testé ces « vaccins » sur des enfants de moins de 16 ou 18 ans (dépendant de la compagnie), mais le Père Noël de notre premier ministre a annoncé illégalement mais allègrement que tous les enfants devraient se faire vacciner (et par conséquent agir de cobayes dans cette grande expérience pharmaceutique).

Distribution d’âge pour les cobayes – une faille fatale

Le problème avec la distribution d’âge dans les « essais » est à lui seul un motif pour l’annulation des conclusions tirées, tant pour l’efficacité que pour la sécurité. Toute cette « pandémie » a été bâtie sur l’idée que le virus en voulait davantage aux personnes âgées. Une très vaste majorité sinon unanimité des décès attribués à la « pandémie » ont eu lieu dans ce groupe de personnes. C’est précisément ce groupe de personnes qui a été visé en premier par la campagne de « vaccination ». Or, en choisissant une très vaste majorité de cobayes entre 16 et 65 ans pour l’ « essai », on ne peut pas obtenir des données concluantes pour le groupe principalement visé par la « vaccination ». Mais astucieusement, en choisissant une majorité de personnes plus jeunes et en santé, les compagnies ont ainsi réduit dramatiquement, et injustement, le nombre de réactions indésirables rapportées. Mais même malgré cette intention, un nombre très important de réactions indésirables a été rapporté. Imaginez les résultats si on avait mené ces essais sur un grand nombre de cobayes vulnérables en foyers pour personnes âgées. Les « vaccins » n’auraient jamais été autorisés. On a préféré faire cette expérience après l’autorisation d’urgence, et nous verrons plus loin que c’est ainsi que des milliers de personnes âgées ont été tuées par cette expérience à grande échelle depuis le début de la campagne. Voici la distribution d’âge des cobayes pour la compagnie Pfizer : https://www.fda.gov/media/144245/download#page=20 Les autres compagnies ont une distribution semblable ou inférieure pour les personnes plus âgées.

Un problème encore plus grave et intrinsèque avec des « vaccins » pour les coronavirus est le suivant. Depuis longtemps on reconnaît que le système immunitaire des personnes plus âgées ne se comporte pas de la même façon que les personnes plus jeunes. Simplement, les systèmes immunitaires plus âgés ont perdu une partie de l’immunité systémique (force immunitaire brute), et dépendent de plus en plus de l’immunité acquise (immunité spécifique). Les systèmes immunitaires plus âgées sont ainsi encore plus vulnérables au problème d’apprêt immunitaire pathogénique que nous décrivons ailleurs dans ce bulletin. Ceci est particulièrement vrai pour les coronavirus. Voici un exemple d’une de ces études qui démontrent que le système immunitaire des animaux plus âgés ne répond pas de la même façon aux vaccins pour les coronavirus : https://journals.plos.org/plosmedicine/article?id=10.1371/journal.pmed.0030525

Voici un extrait :

« Although VRP-S vaccines provided complete short-term protection against heterologous icGD03-S challenge in young mice, only limited protection was seen in vaccinated senescent animals. VRP-N vaccines not only failed to protect from homologous or heterologous challenge, but resulted in enhanced immunopathology with eosinophilic infiltrates within the lungs of SARS-CoV–challenged mice. »

Ainsi, en faisant des essais cliniques sur des personnes plus jeune avec l’intention d’appliquer le « vaccin » étudié prioritairement sur des personnes plus âgées, on risque d’avoir des conséquences désastreuses. C’est ce qui expliquerait les décès qui surviennent depuis quelques mois chez les personnes plus âgées qui sont infectées naturellement avec le virus après la « vaccination », ou bien celles qui ont déjà eu l’infection naturellement et qui sont ensuite pleinement « vaccinées ». Cette « vaccination » ne protège pas des infections et cause en plus une maladie plus grave (comme le décrit notre directeur de la santé publique du Québec dans la vidéo au début de cette section spéciale) !

Pas de véritable groupe contrôle à double aveuglement (placebo)

Pour une des compagnies, on a supposément utilisé un « placebo » d’eau saline, mais on n’a mis en place aucun protocole pour s’assurer que les essais étaient véritablement à double aveugle, où les praticiens et les cobayes ne savaient pas de quelle injection il s’agissait. Par exemple, par la simple apparence du contenu des seringues, les personnes pouvaient savoir de quelle injection il s’agissait. Autrement dit, même si les compagnies prétendent qu’ils ont mené des essais avec des placebos à double-aveugle, il n’en était pas ainsi. Pour une autre compagnie, on n’a même pas utilisé un véritable placebo ! Pour la compagnie AstraZeneca, le « placebo » utilisé était en fait un autre vaccin réel pour une autre maladie, ce qui rend toute comparaisons des réactions indésirables entre « vaccin » et placebo impossible. Ce n’est pas une coïncidence que les « vaccins » de cette compagnie ont écopé d’un contrecoup désastreux après le début de la « vaccination » à grande échelle.

C’est ce qui arrive quand on tente de tricher en n’utilisant pas un véritable placebo pour les essais cliniques, et toute autre méthode douteuse : des personnes meurent et souffrent inutilement. Ironie du sort, un chef de recherche et développement chez AstraZeneca est décédé le 21 mars 2021. Il y a à peine 3 ans, il a été impliqué dans un scandale de conflit d’intérêt quand il publiait des articles dans des journaux médicaux réputés tout en recevant des millions de dollars de compagnies pharmaceutiques concernées par ses publications.

Le but visé de l’étude n’est pas le but souhaité par les autorités (endpoint)

Les conclusions cherchées (ou plutôt trouvées après les faits, péniblement et désespérément avec un ajustement frauduleux des résultats) des « essais cliniques » ne coïncident pas du tout avec le but annoncé publiquement et visé par les autorités et souhaité par la population : stopper une « pandémie ». La « vaccination » n’a plus aucun but visé, mais est plutôt devenue elle-même le but visé ! Alors que la « vaccination » avait comme objectif annoncé initialement d’empêcher l’infection et prévenir la contagion, les résultats mirobolants annoncés en grande trompe dans les médias au début du mois de décembre 2020 n’ont absolument rien à voir avec ces deux objectifs. Les résultats annoncés des « essais cliniques » prétendent uniquement une infection moins symptomatique (mais nous verrons dans la prochaine section que même ces résultats sont truqués). Le but n’est plus du tout de réduire le nombre d’infections et encore moins la transmission. Peter Doshi décrit dans le British Medical Journal comment le design des essais cliniques est complètement bidon puisque qu’il n’est pas conçu pour conclure sur des questions pertinentes : https://www.bmj.com/content/371/bmj.m4037 Le but visé des « essais » n’était pas de pouvoir conclure sur une réduction de symptômes grippaux très sévères, sur une réduction des hospitalisations, sur une réduction du nombre de « cas » et surtout sur une réduction du nombre de décès.

Le problème avec ce virage est que l’infâme « transmission asymptomatique » est justement la pierre angulaire de toute la théorie « pandémique ». C’est cette théorie qui veut que les personnes asymptomatiques soient des vecteurs de transmission qui fait qu’on vous demande de rester chez vous, de garder vos distances, de vous mettre en quarantaine, de mettre un masque, même si vous n’êtes pas malade. Dans le design des « essais cliniques », on n’a aucunement prévu de tester systématiquement tous les membres des deux groupes (« vaccins » et placebo). C’est probablement parce qu’on craignait des résultats désastreux, et avec raison, puisque maintenant que nous sommes dans la phase d’expérimentation sur le grand public, il a été découvert que les personnes « vaccinées » testaient positivement au « virus ».

Enfin, même le chef de direction de la compagnie Pfizer admet qu’il est incertain si les personnes vaccinées empêchent la propagation du virus, puisque ce critère n’a jamais été étudié. Pourtant, ce que les autorités prétendent et ce sur quoi ils ont basé l’approbation du « vaccin » et leur motif pour le mandater est précisément ce prétexte : https://www.dailymail.co.uk/health/article-9018547/Pfizer-CEO-not-certain-covid-shot-prevents-transmission.html

Il n’y a aucune évidence ni même prétention que les « vaccins » sauveraient des vies. Tout ceci est même écrit dans les monographies des « vaccins » et dans les communiqués de presse des compagnies. Les journalistes, quelques-uns de nos infâmes dirigeants et leur Père-Noël ignorent toute cette science et vous faire croire que oui, mais il s’agit de la pure fabrication. Des mensonges malicieux pour vous faire croire que la « vaccination » est merveilleuse pour vous et protégera vos proches. De tous les cas dans les essais cliniques, aucune des personnes qui ont été diagnostiquées malades avec le virus, « vaccinées » ou pas, ne sont mortes de l’infection. Quelques personnes ont eu de plus grosses grippes, et d’autres de plus petites grippes, comme nous le vivons depuis des milliers d’années ! Ils prétendent avec leurs chiffres et statistiques frauduleux (comme expliqué plus haut) que les personnes « vaccinées » ont eu moins de « grosses » grippes que les personnes normales. Même si on croyait aveuglement leurs chiffres bidons, et puis ?! Rappelons-nous qu’au tout début de cette affaire quand nos trois infâmes dirigeants faisaient leurs conférences de presse dramatique quotidienne (la « messe » de 13h), le but de toute cette folie était de « sauver des vies ». Or, maintenant, le but de toute la folie des mesures débiles et de la « vaccination » est d’avoir des petites grippes plutôt que des « grippes d’hommes ».

Les « essais cliniques » ont été stoppés prématurément

Les « essais cliniques » sur ces « vaccins » devaient durer au moins 2 ans. Or, aussitôt que leurs « vaccins » avaient été autorisés pour utilisation d’urgence, les fabricants ont annoncé qu’ils mettaient fin à leurs « essais cliniques ». En effet, ils prétendent qu’ils ne veulent pas priver les cobayes qui avaient reçu le « placebo » du vrai « vaccin ». C’est une question « d’éthique ». Autrement dit, on met fin à l’étude sur le vaccin auprès de quelques milliers de personnes après seulement quelques mois pour ne pas brimer leur « droit » à recevoir le vrai « vaccin » alors que des millions de personnes sont en train de recevoir le vaccin qui n’aura jamais fini d’être étudié. L’essai clinique est dorénavant une expérience non contrôlée sur la population générale. https://thehighwire.com/videos/fda-manufacturers-to-terminate-vaccine-safety-monitoring/ Vous pouvez constater vous-même sur le site web de Pfizer que leur « essai clinique » qui devait durer au minimum deux ans, a été avorté après à peine quelques mois, quand ils ont commencé à « vacciner » les personnes du groupe contrôle (placebo). Ceci met effectivement fin à l’étude complètement et de façon définitive. Nous ne pouvons même pas dire que l’étude se poursuit sur des dizaines de millions de personnes à travers le monde puisqu’il n’y a aucun suivi fait sur les personnes « vaccinées », et il n’y a plus aucun groupe contrôle, mais encore plus important, il n’y a plus aucun aveuglement des cobayes ou des praticiens de la santé (double aveugle) ni de contrôle des réactions indésirables. https://www.pfizer.com/science/coronavirus/vaccine  (Vaccine Transition Option au bas du tableau)

L’Australie annule sa commande de 51 millions de « vaccins » – VIH détecté

Nous racontons cette nouvelle anecdotique juste pour illustrer jusqu’à quel point toute cette ruée vers les « vaccins » est vraiment comme une grande expédition de pêche qui cherche des résultats, peu importe la méthode utilisée, comme un pêcheur désespéré qui utiliserait de la dynamite pour faire monter quelques poissons à la surface. Plusieurs tentatives de « vaccins » ont échoué misérablement, partout dans le monde. Un des exemples les plus choquants s’est produit en Australie. L’Australie a annulé sa commande pour 51 millions de doses de « vaccins » pour la « pandémie » après que plusieurs cobayes pour ces « vaccins » testaient positif à l’infâme virus VIH. La compagnie a avoué avoir utilisé une partie du virus VIH dans son « vaccin », ce qui a contribué à faire développer des anticorps au virus, que les tests pour le VIH ont détecté. C’est vraiment n’importe quoi. https://www.lefigaro.fr/sciences/australie-un-vaccin-anti-covid-stoppe-suite-a-un-faux-depistage-de-vih-20201211

2 – L’ « efficacité » annoncée est une arnaque

La supercherie d’analyse « scientifique » est aveuglante

Là où ça se gâte vraiment, c’est dans la découverte des véritables données derrière ces annonces de résultats spectaculaires des « vaccins ». Mais qui a le temps de chercher la vérité dans ces centaines de pages de données derrière la façade. Nous ! Quand vos dirigeants et journalistes répètent ad nauseam qu’il faut faire confiance à la science, ils ont raison, mais seulement quand la science est en fait de la science. La totalité de la « science » derrière ces nouveaux « vaccins » n’a absolument rien à voir avec la véritable science, qui doit toujours opérer dans l’objectivité pure, avec aucune intention ou agenda en vue. Or, cette fausse science des compagnies pharmaceutiques est bourrée d’erreurs, incluant le camouflage, la discrimination sélective des données, le sophisme d’interprétation et le délestage de données indésirables. En fait, nous ne croyons pas du tout qu’il s’agisse d’erreurs, mais plutôt de tromperie scientifique consciente, puisque les compagnies cherchent à tout prix des conclusions préalablement établies par les autorités gouvernementales pour l’autorisation des « vaccins ». En plus de ce qui précède concernant la structure, la méthodologie et le protocole, ce qui vient d’être découvert par la communauté médicale le 14 janvier 2021, après que les autorités de beaucoup de pays aient approuvé ces « vaccins », incluant le Canada, est un scandale scientifique d’une proportion telle que les grands médias ont tout simplement fait l’autruche et nous n’avons rien vu de tout ce qui suit à notre télévision d’État ou les autres grandes chaînes, ni dans nos journaux populaires. Cette négligence journalistique est aberrante.

Voici un article de journal qui décrit la découverte de cette arnaque : https://medias-presse.info/bombe-mediatique-lefficacite-des-vaccins-anti-covid-remise-en-cause-par-une-etude-scientifique-du-british-medical-journal/

Analyse sélective des données pour arriver à la conclusion souhaitée

Nous décrirons ici-bas les résultats de seulement une des compagnies qui a produit un « vaccin », uniquement pour démontrer le principe de la magouille « scientifique », mais une étude approfondie des méthodes et résultats de tous les fabricants de « vaccins » sont aussi accablants. Voici donc ce qui a été découvert et rapporté par le scientifique Peter Doshi dans son blogue dans une publication scientifique, le British Journal of Medicine, à la suite de la publication des résultats un peu plus complets dans le New England Journal of Medicine deux des plus prestigieux journaux de médecine au monde :

Ces documents relèvent plusieurs déviations majeures à la méthode scientifique reconnue.

Voici seulement quelques exemples de ces « erreurs » qui, à nos yeux, sont tellement flagrantes qu’elles ne peuvent que découler de l’intention frauduleuse d’atteindre un but prédéfini.

Voici ce qu’on dit dans les communiqués de presse envoyés aux médias, et ce que nos dirigeants et responsables de la santé publique déclarent à la télévision. C’est basé sur ces informations qu’on autorise d’urgence et provisoirement ces « vaccins » pour les infecter dans vos corps :

  • 43,448 personnes dans l’essai clinique
  • La moitié ont eu le « vaccin », la moitié le « placebo »
  • Pendant le suivi, 170 personnes ont été confirmées malades avec le virus
  • 8 provenaient du groupe « vacciné », 162 provenaient du groupe placebo
  • 20 fois plus de personnes avec le placebo ont été malades
  • Donc 95% d’efficacité

La réalité est toute autre en lisant les résultats détaillés :

  • 43,448 personnes présélectionnées rigoureusement dans l’essai clinique
  • La moitié ont eu le « vaccin », la moitié le « placebo »
  • Pendant le suivi, 3410 personnes ont été malades (suspectés « pandémiques »)
  • Il y avait 19% de différence entre le nombre de malades des deux groupes
  • Des malades observés pendant la première semaine après les injections, 409 provenaient du groupe « vacciné » et 287 du groupe placebo (+42%)
  • On a retiré 371 personnes de l’étude pour cause de « déviation majeure au protocole »
  • De ces retraits, 311 provenaient du groupe « vacciné » et 60 du groupe « placebo »
  • Il y a eu 5 fois plus « d’erreurs de protocole » dans le groupe « vacciné » (hmmm)
  • Des personnes restantes, seulement 170 ont été confirmées avec le test PCR

Voyez-vous que pour arriver aux résultats annoncés, on a appliqué une multitude de filtres pour arriver au résultat final souhaité ? La plus grande bévue est celle du retrait de 5 fois plus de « cas » pour « erreur de protocole » dans le groupe « vacciné ». Une telle disparité entre les deux groupes est hautement irrégulière et jamais vue, mais c’est hautement pratique pour réduire le nombre de résultats néfastes à comptabiliser dans le groupe « vacciné ».

De plus, tout ce qui précède n’est qu’une petite partie du rapport de résultats de 53 pages fourni par le fabricant. En lisant les résultats, nous nous rendons compte qu’il y a des centaines d’impondérables (âges, pré-sélection des cobayes, taille de l’échantillonnage, conditions préexistantes, exposition préalable au virus, comorbidités, origine ethnique, pays d’origine des participants, dépendance sur l’auto-évaluation des cobayes, activités non contrôlée des cobayes pendant l’étude, durée minimale des essais, etc.) qui rendent toute tentative d’une conclusion spéculative au mieux. Du moins pas assez certaine pour justifier injecter un produit expérimental dans des millions de cobayes partout sur la planète !

Voici seulement quelques autres observations très importantes qui minent encore plus les résultats de ces « essais » totalement bidons :

  • Aucun suivi rigoureux des cobayes : on n’a pas testé systématiquement tous les cobayes, sans égards à la présence de maladie ou pas. Ceci aurait été nécessaire pour voir s’il y avait une véritable différence dans les taux d’infection entre les deux groupes. C’est précisément cette question de la transmission asymptomatique sur laquelle toutes les mesures sanitaires sont mises en place partout sur la planète !
  • Aucun décès : appart quelques décès coïncidentiels pendant la courte durée des « essais », il n’y a eu aucun décès avec la maladie. La majorité des personnes n’ont eu que des symptômes de grippes régulière. Toutes les personnes ont récupéré normalement.
  • Dépendance sur un test imprécis : comme nous l’avons décrit de façon très exhaustive dans la section sur ces infâmes tests PCR, les résultats de ces tests sont extrêmement imprécis, ou à toute fin pratique, simplement aléatoires. À cause du résultat de ces tests, on a ignoré 20 fois plus de personnes malades (3410) que le nombre de 170 conservé, en considérant uniquement le résultat de ce test bidon.
  • Bénéfice absolu dérisoire : Le bénéfice annoncé de 95% est illusoire puisqu’il ne représente que la réduction de risque relatif. Autrement dit, on a calculé une efficacité pour être un peu moins malade mais seulement si vous avez eu en premier lieu la malchance infiniment petite d’avoir été infecté et tombé malade. En fait, pour calculer le véritable bénéfice effectif de se faire « vacciner », il aurait fallu tenir compte du nombre total de cobayes. Ainsi, il y a eu 170 personnes malades confirmées sur un total de 43,448 cobayes, ou seulement 0,4%. Il y a donc 99,6% des cobayes qui n’ont pas été malades. Plus précisément, selon les résultats, il y aurait 8 cas malades sur 21,720 personnes « vaccinées », soit 0,04%. Autrement dit, si vous vous faites « vacciner », vous auriez 99.96% chances de ne pas être malade. Il y aurait 162 personnes malades sur 21,728 personnes avec placebo, soit 0,75%. Autrement dit, si vous recevez un placebo, vous avez 99,25% chances de ne pas être malade. La différence absolue entre les deux groupes devient négligeable.
  • Si on enlève les « erreurs »: il n’est pas précisé exactement à quel moment on a décidé de retirer autant de « cas » pour cause d’« erreur de protocole ». On pourrait tout simplement leur donner le bénéfice du doute. Mais si on se donnait à nous le bénéfice du doute et qu’on supposait que ces « cas » ont été retiré après avoir reçu le résultat de test PCR positif, nous aurions des conclusions bien différentes. Autrement dit, les données brutes démontrent qu’il y aurait 319 cas « vaccinés » (311 écartés plus les 8 comptés), contre 222 pour le groupe placebo (60 écartés plus les 162 comptés). Selon ces données brutes, sans ces « ajustements » louches, les « vaccins » auraient donc un réel taux d’efficacité de -44%. Le « vaccin » causerait 44% plus de malades que le placebo. Ces données sont en fait beaucoup plus représentatives de ce qui est en train de se produire dans la population en général qui est maintenant en train de se soumettre aveuglement à cette expérience. Il y a beaucoup plus de personnes malades et qui testent « positives » après avoir reçu le « vaccin » que la population en général.
  • Les réactions indésirables au « vaccins » négligées : selon les détails du rapport, il y a un nombre tellement élevé de torts de toutes sortes causées par les « vaccins », que la maladie visée devient superflue. Les « vaccins » causent tous les mêmes symptômes que la maladie elle-même pour une majorité de personnes, et en plus cause des réactions sévères comme des chocs anaphylactiques et des paralysies. Autrement dit, si vous êtes « vaccinée » c’est presque certain que vous allez avoir une fièvre, mais si vous n’êtes pas « vaccinée », vous avez 99,6% de chances de ne pas avoir la maladie qui donne la fièvre ! Regardez la quantité phénoménale de réactions indésirables aux « vaccins » rapportées dans les pages 32 à 39 du document de la FDA pour autoriser d’urgence les « vaccins ». De plus, quelle personne saine d’esprit et rationnelle accepterait cette certitude d’avoir des réactions indésirables à se faire injecter un « vaccin » qui annonce un taux d’efficacité de 95%, quand son système immunitaire a été démontré efficace à 99.95% pour vaincre cette infection ?

Ainsi, le sort de milliards de personnes, toute la vie des personnes sur la planète, leur possibilité d’éducation, leur admissibilité à avoir un passeport, à voyager, à avoir un permis de conduire, à aller voir des spectacles, à entrer dans des villes, se marier, avoir des enfants, recevoir des bénéfices sociaux, aller au restaurant, et toutes les autres choses de la vie que les dirigeants veulent rattacher au « passeport bio-numérique vaccinal » en cours de conception ou d’instauration partout dans le monde, repose essentiellement sur 170 personnes, soit 0,000002% de la population de la planète, qui ont eu une grippe bénigne (aucun mort) dans une étude frauduleuse à 100%. Maintenant comprenez-vous l’ampleur de l’arnaque ?

Voici ces autorisations pour utilisation urgente pour des produits non-approuvés émis par la FDA américaine pour les trois fabricants de « vaccins ». Notez dans ces autorisations que la FDA reconnaît que la durée des essais cliniques devait être de plus de deux ans. Or, nous avons vu plus haut que les essais ont été avortés après seulement deux mois, aussitôt que l’autorisation d’urgence a été obtenue :

Voici l’article dans le New England Journal of Medicine qui analyse l’ « efficacité » annoncée par les fabricants : https://www.nejm.org/doi/10.1056/NEJMoa2034577

Voici deux pages clés du document qui décrit l’analyse des résultats d’étude fournis par la compagnie Pfizer :

En page 42 de ce document, on peut lire ceci concernant les personnes malades après la « vaccination » :

« Suspected COVID-19 cases that occurred within 7 days after any vaccination were 409 in the vaccine group vs. 287 in the placebo group. It is possible that the imbalance in suspected COVID-19 cases occurring in the 7 days postvaccination represents vaccine reactogenicity with symptoms that overlap with those of COVID-19. »

En d’autres mots, il y a eu 42% plus de malades à la suite du « vaccin » comparé au placebo.

Même l’évidence empirique suite à la « vaccination » massive démontre ce que les « essais » ont démontré ! https://www.bostonherald.com/2021/06/16/nearly-4000-fully-vaccinated-people-in-massachusetts-have-tested-positive-for-coronavirus/

Le plus ridicule, tout ça pour une « protection » éphémère !

Si vous avez cru au conte de fée, et que vous pensez que les « vaccins » sont une solution définitive pour la « pandémie », comme une baquette magique, nous sommes désolés de vous décevoir, mais vous rêviez en couleur ! La campagne actuelle n’est que le début d’une grande entreprise très lucrative pour les fabricants, et très chère pour les payeurs de taxes.

C’est connu depuis très longtemps que l’immunité aux coronavirus et aux virus de l’influenza, même quand acquise naturellement avec une infection naturelle, n’est qu’éphémère, puisque ces pathogènes s’« adaptent » constamment. Ainsi, nous pouvons « attraper » un rhume ou une grippe à répétition. Cela fait partie du dessein de la Nature, qui a ses raisons pour vouloir déjouer notre système immunitaire occasionnellement avec des pathogènes adaptifs, quand nous le « méritons ». Nous n’allons pas donner ici toute l’explication naturopathique derrière cette intelligence de la Nature, mais il faut juste retenir que c’est pour notre plus grand bien.

Dans les premiers mois de la folie « pandémique », tout le monde se demandait si une infection avec le virus vedette allait offrir une immunité, et si oui, de quelle durée. Autrement dit, est-ce que nous pouvions « attraper » cette grippe deux fois. Nous avons vu plus haut comment une étude importante a été menée pour répondre à cette question et a déterminé qu’une infection naturelle offrait une immunité d’au moins 6 mois, mais possiblement beaucoup plus longue. Déjà c’est ce à quoi on pouvait s’attendre, selon nos connaissances de ces types de virus.

Cette même question se posait concernant les « vaccins ». Est-ce qu’un « vaccin » potentiel allait offrir une immunité durable. Tous s’accordaient pour dire qu’un « vaccin » qui n’offre qu’une « protection » de quelques mois ou moins de quelques années était absolument inutile. Or, il semble que toute cette question de la durée de « protection » a été oubliée dans la torpeur médiatique, qui s’est uniquement empressée de transmettre les communiqués de presse des compagnies pharmaceutiques et leurs prétention d’ « efficacité », sans jamais demander la question concernant la durée de « protection », et encore moins ce que signifiait exactement « protection ».

Tout récemment, la responsable de la santé publique de la Colombie Britannique a dit qu’elle pensait que le « vaccin » offrait une « protection » de 3 à 4 mois, ce qu’elle considérait une bonne nouvelle ? Vraiment ? Et qu’arrivera-t-il après ce temps ? Un autre « vaccin » ? Autrement dit, est-ce un abonnement à vie cette campagne de « vaccination » ?

Ainsi, aucun « vaccin » n’offrira une « protection » durable. En fait, il faut réitérer que les « vaccins » proposés n’offrent aucune immunité. C’est bien expliqué par les autorités de la santé et par les compagnies pharmaceutiques elles-mêmes. Toutes les personnes qui reçoivent les « vaccins » sont autant propices à subir une infection par le virus, et demeurent autant des vecteurs de transmission. Le seul bénéfice annoncé est de faire réduire la gravité des symptômes. Mais concernant la durée de cette « protection », le mémoire d’autorisation d’urgence de la FDA a mentionné une durée de « protection » de 2 mois. Cette durée ne sera jamais connue puisque comme nous l’avons vu, les essais cliniques ont été avortés après 2 mois. Après deux mois, il n’y a aucune information qui existe.

La « vaccination » devenue comme celle de la grippe saisonnière, et pire encore

Si, dans le meilleur des cas, ces « vaccins » n’offrent qu’une « protection » de quelques mois, toute cette charade de la dernière année se reproduirait à chaque année ou plus souvent même, et ce, pour toujours. Les personnes « vaccinées » seront donc devenues prisonnières de « vaccinations » annuelles, ou plus souvent même. Déjà, devant la réalité que les personnes « vaccinées » étaient à nouveau infectées et malades, seulement quelques semaines après, certains pays ont décidé de « vacciner » une troisième fois ces personnes. De la pure expérimentation en temps réel.

Nous étions absolument certains dès le départ que l’objectif final de cette arnaque « pandémique » était de créer une nouvelle campagne de « vaccination » annuelle. En fait, ce n’est plus du tout de la spéculation, puisque le chef de l’entreprise Pfizer vient d’admettre que les personnes devront recevoir un nouveau « vaccin » à chaque année : https://bestlifeonline.com/pfizer-ceo-covid-vaccine-news/

« À chaque année, vous devez aller vous faire vacciner pour la grippe. Ce sera la même chose pour COVID. Dans un an, vous devrez aller vous faire “vacciner” à nouveau pour la COVID pour être protégé. »     – Albert Bourla, chef de Pfizer

De plus, à cause du principe d’ « apprêt pathogénique » caractéristique des « vaccins » pour les coronavirus décrit précédemment, certaines personnes « vaccinées » seront en fait beaucoup plus vulnérables à une infection naturelle. Mais les fabricants auront sûrement un autre « vaccin » pour vous !

En fait, les fabricants ont déjà commencé à « développer » des « vaccins d’appoint » pour corriger les lacunes des « vaccins » actuellement distribués, comme des rappels du manufacturier pour votre voiture. Ce sera bien pire qu’une simple campagne de « vaccination » annuelle. En janvier 2020, avant même que l’OMS déclare une « pandémie », un des principaux agents de la propagande pour la vaccination universelle, a déclaré publiquement que la « vaccination » deviendrait un système d’abonnement, comme l’est un produit comme Microsoft Office 365, ou comme d’autres services d’abonnement comme Spotify pour la musique, Netflix pour les films, etc. Pour les « vaccins », c’est aussi le but visé, où les personnes seront tenues de faire des « mises à jour » à perpétuité. C’est le même principe que pour les logiciels antivirus sur votre ordinateur, qui doivent faire des mises à jour régulièrement pour tenir compte de toutes les nouvelles menaces connues. Pas surprenant venant d’un informaticien. C’est ici que toute l’arnaque des « variants » et le « passeport vaccinal » prend toute sa signification (nous verrons cette réalité plus loin). Avez-vous reçu la dernière mise à jour ? Désolé, pas de resto pour vous ce soir !

Toute cette arnaque, et son succès fulgurant parmi des citoyens-moutons, va servir de base pour préparer une série sans fin d’arnaques de « vaccinations » semblables dans la nouvelle tyrannie techno-médicale.

Si vous avez encore des doutes, considérez aussi que le gouvernement du Canada a commandé 350 millions de doses de « vaccins » pandémiques, pour…38 millions de Canadiens. Devons-nous faire le calcul pour vous ?

https://www.lifesitenews.com/news/trudeau-govt-steps-up-plans-to-deliver-358-million-covid-vaccine-doses-over-two-years

C’est maintenant officiel : le 3 avril 2021, les autorités de la maladie sont devenues devins et savent prévoir avec précision les agissements du virus vedette pour des années à venir, et confirment que la « vaccination » deviendra saisonnière : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1782139/virologue-vaccin-chaque-annee-covid-variants

« Les variants de ce virus existeront pendant longtemps. » – professeur Marc-André Langlois

Le directeur du NIH américain Anthony Fauci a admis le 19 avril 2021 qu’une série de « vaccins d’appoints » à perpétuité seront nécessaire pour leurs « vaccins » qui étaient pourtant, il y a à peine quelques semaines, « hautement efficaces » : https://www.cnbc.com/2021/04/15/dr-fauci-when-we-will-need-booster-shots-for-covid-vaccine-timeline.html

3 – Le processus d’« autorisation » gouvernementale est risible

Santé Canada autorise d’urgence 4 sortes de « vaccins » et après quelques semaines seulement, 2 des 4 sont retirés quand des milliers de décès sont rapportés à travers le monde. Cela dit tout sur le processus d’autorisation gouvernementale pour ces injections expérimentales. Le pire c’est que l’évidence démontre que les deux qui restent font autant de tort que ceux qui ont été retirés. Le fait de retirer deux “pas bons” n’est qu’une stratégie politique pour renforcer la fausse sécurité des deux qui restent.

Vous pensez pouvoir faire confiance dans le gouvernement pour approuver ces produits purement expérimentaux ? Faux. Un citoyen insouciant peut raisonnablement penser et croire que le gouvernement existe pour son plus grand bien et que le processus d’approbation gouvernemental pour un « vaccin » est un processus sérieux et rigoureux basé sur la vérité, la science, une analyse critique et le bien-être final des citoyens. Ce n’est pas du tout le cas. Le processus d’autorisation d’utilisation urgente n’est en fait qu’un processus purement administratif qui ne sert qu’à estamper une finalité politique approuvée d’avance. Autrement dit, il faut faire ce qu’il faut pour approuver le produit, peu importe la méthode. Voici la loi spéciale que le gouvernement du Canada a écrite spécialement pour encadrer le processus de demande d’autorisation d’utilisation urgente de la part de fabricants de « vaccins ». https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/covid19-industrie/medicaments-vaccins-traitements/arrete-urgence-vente-importation-medicaments-publicitaires.html#a2.3

Si vous lisez ce décret avec attention, vous vous rendrez compte qu’il est écrit de façon à rendre l’autorisation inévitable, et que l’utilité, la sécurité et le bien-fondé des « vaccin » n’a rien à voir dans le processus. En particulier, avec le paragraphe 3 (2), on permet au demandeur (la compagnie pharmaceutique) de ne pas fournir les informations critiques les plus importantes et ne remettre qu’un plan d’intention quant à la divulgation de ces informations. Autrement dit, on peut simplement dire qu’on remettra ces informations à une date ultérieure, par exemple, dans 2 ans quand la campagne de « vaccination » sera terminée.

3 (2) Si, au moment de présenter sa demande initiale au ministre, le demandeur ne peut fournir les renseignements ou le matériel visés à l’un des alinéas (1)g) à k) et m) à o) ou qu’il fournit de tels renseignements ou matériel mais que ceux-ci sont incomplets, il fournit dans la partie de sa demande initiale un plan précisant les modalités selon lesquelles il fournira au ministre les renseignements ou le matériel manquants.

Or, si vous lisez bien les paragraphes 1 g) k) m) et o), vous comprendrez qu’ils sont les plus critiques car ils concernent les méthodes de fabrication, les contre-indications, les effets secondaires, les preuves que le produit final vendu est le même que le produit servant aux essais cliniques, et les renseignements relatifs à la qualité, la sûreté et à l’efficacité de la drogue.

Dans les paragraphes suivants, on décrit aussi comment le ministre peut se fier uniquement sur le fait que le « vaccin » a été autorisé d’urgence dans un autre pays. Autrement dit, le Canada n’assure pas sa diligence propre, mais peut se fier uniquement sur le fait que la FDA américaine, par exemple, a autorisé d’urgence le « vaccin ». Cela montre l’absence totale de sérieux dans toute la démarche d’autorisation. Connaissant le degré de biais et de corruption souffert par la FDA que nous avons décrit dans une section antérieure, c’est peu rassurant.

« Bof, si eux disent que c’est correct, ça doit l’être. »

Tout ce que nous avons écrit plus haut dans la section générale sur la vaccination est applicable pour ces nouveaux « vaccins ». Cependant, dans ce cas-ci, nous avons atteint le comble de l’irresponsabilité gouvernementale. Un comité d’éthique et de politique a vivement dénoncé les critères établis pour l’autorisation d’utilisation urgente (AUU). Fondamentalement, la conclusion est que la situation courante ne justifie pas du tout cette AUU, et que même si l’utilisation urgente était justifiée, le temps écoulé pour les « essais cliniques » et les données fournies par les compagnies pharmaceutiques ne remplissent aucunement les critères de sécurité requis pour une telle autorisation. Ceci est décrit dans cet article : https://www.statnews.com/2020/11/09/expanded-access-not-eua-for-distributing-preapproval-covid-19-vaccines/

Remèdes grippaux efficaces dénigrés pour faciliter autorisation urgente pour « vaccins »

Vous avez probablement entendu parler du fameux produit hydroxychloroquine (HCQ) qui a fait tout un scandale pendant presque toute l’année 2020. Fondamentalement, l’idée est que ce médicament utilisé comme tue-grippe a été utilisé avec beaucoup de succès pour soigner les personnes souffrant de notre nouvelle grippe « pandémique ». Dans divers pays, il y a eu un médecin éminent qui a parlé de ses réussites, mais seulement pour être soit vilipendé, soit radié de sa profession, soit traité de charlatan, ou bien pire encore. En France c’était Didier Raoult qui en a fait la promotion et il en a payé le prix. Aux États-Unis, ce sont les Frontline Doctors et leur porte-parole Dr. Simone Gold qui ont encaissé le coup pour avoir tenté de dire la vérité. L’infâme ex-président américain avait aussi parlé en bien de ce médicament mais a aussi été fustigé par l’ensemble des démocrates et les médias comme CNN.

L’HCQ n’est pas le seul remède qui a été utilisé avec succès. En plus des autres médicaments allopathiques, d’autres remèdes très efficaces, comme la vitamine C ou la vitamine D ont été utilisés avec grand succès. Rappelons-nous comment ici au Québec le gouvernement a stoppé complètement l’utilisation de la vitamine D pour les soins gériatriques dès le début de la « pandémie », même si toute l’évidence montrait qu’elle était critique pour la défense immunitaire. Maintenant, en plein hiver, le gouvernement du Canada bannit les vols vers les destinations soleil (vit. D), sans aucun motif valable comme nous l’avons vu plus haut.

Alors pourquoi y a-t-il eu cet acharnement hallucinant pour ne pas voir, entendre, ou faire connaître tout remède potentiellement efficace pour la grippe ? La réponse est assez sordide. La loi est très claire concernant ces autorisations d’utilisation urgente (AUU) pour les « vaccins ». Afin de permettre au gouvernement d’approuver ces nouveaux « vaccins » de façon précipitée, avec très peu d’évidence d’efficacité, des études minimales, aucun test sur des animaux, et une longue série d’exceptions à la norme d’approbation, la loi prévoit « qu’il ne doit pas y avoir d’autres remèdes connus pour traiter la maladie visée par le vaccin ». C’est donc pourquoi on a mené cette lutte sans merci pour ne pas permettre aux remèdes efficaces de voir le jour et être reconnus officiellement. Si les remèdes efficaces avaient été reconnus, les « vaccins » n’auraient jamais pu être autorisés d’urgence et auraient dû passer par le processus régulier d’approbation qui est beaucoup plus rigoureux et peut prendre plusieurs années. Ainsi, les chaînes de télévision comme CNN qui fonctionnent grâce à la publicité des compagnies pharmaceutiques, et deux en particulier, GSK et son nouveau petit Pfizer, un des fabricants des « vaccins », il est évident que cette chaîne a mené tout le long de 2020 une guerre d’une férocité jamais vue pour discréditer toute information qui ouvrait la porte à un remède avec le moindrement d’efficacité contre la grippe. Et vu que nos médias sont des perroquets de CNN, nous avons vu et entendu toutes les mêmes informations ici au Canada. On a donc attaqué tous les remèdes grippaux efficaces pour ouvrir la porte aux « vaccins ».

Vous pouvez en lire davantage ici : https://childrenshealthdefense.org/defender/new-york-times-explains-lack-covid-treatments/

Imaginez, toute cette magouille était déjà bien connue au mois de mars 2020 : https://youtu.be/xCnOqwvPivE

L’importance d’avoir donné un nouveau nom à une infection commune

C’est très payant de faire approuver une « nouvelle maladie ». Un médicament ne peut pas être approuvé sans une maladie spécifique en contrepartie. Ainsi, quand une maladie fait enfin partie du catalogue médical, les compagnies pharmaceutiques peuvent enfin fabriquer des produits qui peuvent être prescrits pour cette maladie. Par exemple, en 2020, quand l’obésité a été déclarée une maladie « officielle » (et plus seulement une conséquence d’un excès alimentaire), une foule de médicaments ont vu le jour instantanément pour « traiter » l’obésité (avec des mécanismes d’action tout aussi farfelus les uns que les autres).

Pour notre grippe vedette, c’était critique pour plusieurs raisons de la catégoriser, la rendre « spéciale » et distincte, et lui donner un nom nouveau. Si on avait simplement appelé cette variété de grippe par son vrai nom, une sorte de grippe, on n’aurait pas pu accomplir tout ce qui a été accompli jusqu’à présent pour mener à la « vaccination ». Un nouveau nom unique et spécial a permis une panoplie d’actions au niveau juridique, médical, médiatique, et marketing, qui n’auraient jamais été possible si on avait gardé son vrai nom, une grippe. L’OMS a été très rapide pour renommer la grippe « pandémique » avec son infâme nom que nous n’écrivons jamais, consciemment, pour ne pas participer à la supercherie Les parties intéressées ont par la suite tout fait pour lui trouver et attribuer des caractéristique supposément uniques et spéciales, alors que tous ses symptômes sont déjà bien connus et très communs (mal de gorge, fièvre, fatigue, infection respiratoire, etc.). La planète toute entière a été dupée par un nom de maladie qui n’est en fait qu’un nom-parapluie qui englobe des symptômes grippaux.

Inventé, testé, étudié, approuvé, fabriqué, et livré le lendemain matin

Pensez-y. Le lendemain de l’autorisation du « vaccin », il est distribué par millions de doses un peu partout dans le monde. Qu’est-ce que cela nous dit sur le processus d’autorisation ? Les fabricants sont tellement certains qu’ils obtiendront l’autorisation de vendre et distribuer leurs « vaccins », qu’ils ont fabriqué des millions de fioles de leurs « vaccins » avant même avoir reçu l’autorisation. Bien sûr, car ils avaient été payés d’avance !

Les autorités canadiennes n’ont pris que quelques jours pour autoriser « d’urgence » ces nouveaux « vaccins » qui utilisent une « technologie » jamais utilisée. À l’instant même quand les « vaccins » furent approuvés, les sites web du gouvernement concernant ces « vaccins », incluant les monographies, les informations pour le consommateur, les consignes pour les professionnels et institutions, comportant des centaines de pages web, dans les deux langues officielles, étaient instantanément mis en ligne (vous pouvez trouver ces liens plus bas dans la section sur les monographies des « vaccins »). Sans connaître d’avance l’issue du processus d’autorisation, on n’aurait pas élaboré toutes ces ressources. C’est hallucinant de constater qu’un nouveau produit qu’on veut injecter dans toute la population n’est en fait qu’une procédure administrative, une action purement politique. En fait, toutes les demandes d’autorisation urgente de « vaccins » ont été estampées.

Le système canadien de contrôle des réactions indésirables des vaccins – une honte

Au Canada, il existe un soi-disant système de contrôle des réactions indésirables (incluant les décès) pour tous les médicaments, vaccins, équipements et procédures médicales. Les infirmières, médecins, compagnies pharmaceutiques et fabricants d’équipements sont tenus de faire ces rapports exhaustifs et laborieux, mais aucun mécanisme de vérification existe pour s’assurer qu’ils le font véritablement. Ceci a pour conséquence une sous-évaluation des effets indésirables. Selon certaines études, on estime que moins de 1% des effets indésirables de tous les produits et équipement médicaux sont effectivement rapportés. Pour les vaccins, c’est encore pire, puisqu’il n’existe aucune ressource facile d’accès pour un consommateur de rapporter directement les réactions indésirables. Si une victime de vaccination désire rapporter elle-même des réactions sévères ou le décès d’une autre personne à la suite de la vaccination, elle ne peut pas le faire directement aux autorités. Elle est simplement encouragée par le gouvernement de demander à la personne qui lui a administré le vaccin de le faire à sa place, alors que pour les médicaments, il existe un formulaire en ligne pour rapporter les réactions directement dans le système de vérification de la sécurité, de la part du consommateur. Pour les vaccins, il n’existe pas ce formulaire pour le consommateur, et on met toute la confiance et tout le fardeau sur le personnel de la « santé », qui est déjà surchargé de travail. C’est honteux et malveillant de ne pas vouloir écouter directement les personnes les plus affectées par les vaccins, le consommateur et les victimes elles-mêmes, mais on ne leur permet pas de rapporter directement les effets indésirables suite à la vaccination. C’est comme si on faisait tout pour éviter d’en entendre parler. Vérifiez vous-même cette information ici : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/medeffet-canada/declaration-effets-indesirables/vaccin/consommateur.html ou bien : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/immunisation/declaration-manifestations-cliniques-inhabituelles-suite-immunisation/formulaire.html (voyez le paragraphe « À l’intention du grand public »)

Financement et responsabilité outrageux – un triangle à deux cotés

L’affaire devient encore plus sordide quand on découvre les dessous de la magouille. C’est à en frémir. Voici comment a fonctionné le financement, l’approbation et la déresponsabilisation totale pour ce nouveau « vaccin ». Depuis le début de cette « pandémie », les gouvernements à travers le monde ont versé des milliards de dollars en subventions ou paiements hâtifs à plusieurs compagnies pharmaceutiques. Au Canada, nous avons aussi donné allègrement des millions de dollars. Avec ces milliards de dollars, les compagnies ont supposément fait des recherches en quelques mois pour arriver à un produit miracle. Ensuite, les gouvernements ont permis aux compagnies de procéder à des « essais cliniques » sur des humains, directement, sans l’étape usuelle des tester exhaustivement sur d’autres espèces. Les gouvernements à travers le monde ont signé des ententes partout dans le monde pour acheter des milliards de doses de « vaccins » pour des centaines de milliards de dollars. Les compagnies ont supposément étudié l’ « efficacité » et sécurité en deux mois, sans aucune supervision gouvernementale, et analysé et publier leur rapport elles-mêmes, en quelques semaines. Elles ont ensuite publié leur communiqué de presse. Largement basé sur un simple communiqué de presse des compagnies, certains médecins influents à travers le monde, surtout des médecins-politiciens/journalistes, se sont empressés de vanter les vaccins sur toutes les tribunes en monopolisant les ondes, avant même l’étude détaillée des résultats des essais fournis aux autorités. Même nos autorités de santé publique et nos premiers ministres se sont réjouis sans aucune retenue avec de simples communiqués de presse des fabricants de « vaccins. Les compagnies ont demandé une approbation urgente de leur vaccin, et les gouvernements leur ont consentie en quelques jours une autorisation provisoire d’expérimentation sur le grand public. Le lendemain, les doses étaient disponibles et distribuées et les vaccins appliqués. Les gouvernements souhaitent maintenant vacciner toute la population. Tout semble s’être déroulé à la perfection.

Depuis longtemps, les fabricants de vaccins sont exemptés de toute responsabilité pour les torts et décès causés par leurs produits, et ces nouveaux « vaccins » ne font pas exception. Pour ajouter à l’insulte, les gouvernements se sont aussi protégés eux-mêmes contre toute poursuite pour tous les cas attendus de blessures et de décès, même s’ils imposent et forcent violemment la « vaccination » sur un citoyen qui ne le souhaite pas (au Québec art. 123 de la loi sur la santé publique). Enfin, les travailleurs de la santé qui injectent les « vaccins » (médecins, infirmières, pharmaciens, etc.) sont aussi exemptés de la même façon de cette responsabilité. Il y a donc une relation entre la compagnie pharmaceutique et le gouvernement, entre le gouvernement et le citoyen, mais il n’y a plus aucune relation entre la compagnie pharmaceutique et la personne ciblée par ses produits. Un triangle à 2 cotés.

Autrement dit, au final, le gouvernement vous a tout fait payer (ce sont vos taxes !), et il vous demande maintenant de vous faire « vacciner » ou bien il veut vous faire « vacciner » par la force ou le chantage. Il menace de vous priver de certains droits si vous refusez de vous soumettre à cette thérapie génétique expérimentale qu’il n’a même pas pleinement approuvée. En plus, il vous traite publiquement d’irresponsable ou d’égoïste si vous ne voulez pas servir de cobaye dans l’expérience. Sinon, il s’est aussi réservé le droit de vous détenir avec violence pour vous injecter le produit expérimental dans le corps. Mais il vous demande d’en assumer la pleine responsabilité !

Ainsi, voici le schéma de la finance et responsabilité :

Le gouvernement paye des milliards $ à pharma pour la recherche

Pharma fait des « recherches », en secret

Pharma élabore elle-même tous les paramètres d’ « essais cliniques »

Pharma fait des « essais cliniques », en secret

Pharma analyse et publie elle-même les résultats des essais

Pharma demande l’autorisation de vente de son produit

Le gouvernement « étudie » les résultats fournis par pharma en quelques jours

Le gouvernement autorise provisoirement les « vaccins »

Le gouvernement paye des milliards $ à pharma pour acheter les « vaccins »

Pharma fait des milliards de ventes avec zéro frais de marketing

Le gouvernement paye des millions pour la propagande des « vaccins »

Le gouvernement vous demande de servir de cobaye pour l’expérimentation à grande échelle

Le gouvernement paye des milliards pour appliquer ces « vaccins »

Le gouvernement exempte pharma de toute poursuite pour les dommages

Le gouvernement se donnent le droit de forcer les « vaccins » sur la population

Le gouvernement s’exempte de toute responsabilité pour les dommages et décès

Le gouvernement exempte de toute responsabilité les travailleurs de la santé

Le gouvernement instaure un programme de compensation aux victimes des « vaccins »

Le gouvernement paye pour les dommages causés par les « vaccins »

Autrement dit, le payeur de taxes aura, au final :

  • payé les compagnies pharmaceutiques par milliards pour la recherche ;
  • payé encore par milliards pour acheter les « vaccins » ;
  • payé encore des milliards pour la promotion, la distribution et l’application du « vaccin » ;
  • et il payera encore pour les dédommagements pour les torts causés par les « vaccins ».

Tout ceci, même si la majorité de la population ne veut pas se faire « vacciner ».

C’est de la pure folie tyrannique.

Monographie des « vaccins » et informations de Santé Canada

Vous pouvez faire l’autruche et placer toute votre foi et votre confiance dans les fabricants de « vaccins », les dirigeants et les médias, qui sont tous immunisés de responsabilité, ou vous pouvez lire vous-même le manuel d’utilisateur pour les « vaccins » proposés. Vu que c’est votre santé et votre vie qui sont dans la balance, nous vous suggérons fortement de lire ! Rien ne vaut autant que de vérifier soi-même les ingrédients et les effets potentiels de ce qu’on veut se faire injecter directement dans le sang, un produit élaboré à la hâte en quelques mois. Les monographies sont toutes à faire frémir et nous sommes convaincus que toute personne qui prend le temps de lire intégralement ces monographies et tous les documents relatifs aux « vaccins » trouvés sur le site web du gouvernement ne se soumettrait jamais à de tels produits. Les monographies sont destinées autant au personnel de la santé qu’aux cobayes de la « vaccination ». Cependant, nous savons que dans environ 0 % des personnes « vaccinées », aucune monographie n’a été transmise à la personne. De plus, il est explicitement mentionné dans la première page de la monographie de tous les « vaccins » que toutes les personnes voulant être « vaccinées » doivent être avisées que le produit dans la seringue n’a pas été pleinement approuvé et que l’autorisation n’est que provisoire et expérimentale. Selon les témoignages que nous avons reçus, on enfreint systématiquement la loi en négligeant de divulguer cette information très importante. Par exemple, voici ce qui est tiré de la monographie du « vaccin » Pfizer (page 1) :

« Une autorisation provisoire de l’utilisation de VACCIN CONTRE LA COVID-19 DE PFIZER-BIONTECH a été délivrée en application de l’article 5 de l’arrêté d’urgence concernant la COVID-19*. Les patients doivent être avisés de la nature de l’autorisation. Cette autorisation provisoire est assortie de conditions… »

Notez que ces vaccins ne sont pas « véganes ». Les deux premiers contiennent du gras animal (cholestérol). Le troisième « vaccin » utilise un adénovirus produit dans des chimpanzés, modifié génétiquement et cultivé dans des cellules d’un embryon humain avorté. Vous croyez que c’est une légende urbaine ? Voici la section pertinente tirée intégralement de la page 7 de la monographie du « vaccin » AstraZeneca trouvée un peu plus bas :

« Une dose (0,5 mL) de Vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19 contient : le vaccin contre la COVID-19 (ChAdOx1-S* recombinant) à raison de 5 × 10e10 particules virales (PV) (pas moins de 2,5 × 10e8 unités infectieuses) * Vecteur recombinant non réplicatif dérivé d’un adénovirus de chimpanzé, qui code pour la glycoprotéine de spicule (S) du SRAS-CoV-2 non modifiée et qui est produit par la technologie de l’ADN recombinant dans des cellules rénales d’embryon humain génétiquement modifiées (cellules HEK293). »

Le quatrième « vaccin » contient aussi des résidus quantifiés d’embryon humain et a été proscrit par l’Église Catholique pour cette utilisation d’avortement humain.

Voici toutes les monographies des « vaccins » pour la « pandémie » actuellement utilisés au Canada. Vous avez aussi les liens aux sites web du gouvernement du Canada relatifs à ces « vaccins ». Notez que vous pouvez aussi accéder à la monographie de tous les autres types de vaccins qui existent au Canada dans les ressources web fournies à la fin du bulletin dans la section sur la vaccination.

Selon la loi, chaque personne devrait être bien informée des effets indésirables ainsi que des bénéfices vs les inconvénients de ce traitement médical qu’est une « vaccination ». C’est ce qui est couramment appelé le consentement éclairé. Nous pouvons affirmer que la quasi-unanimité des personnes ont été « vaccinées » dans l’ignorance et la noirceur totale.

Pfizer/BioNTech – monographie

https://vaccin-covid.canada.ca/info/pdf/vaccin-contre-la-covid-19-de-pfizer-biontech-pm1.pdf

Informations du gouvernement du Canada sur ce « vaccin » de Pfizer/BioNTech

https://vaccin-covid.canada.ca/info/vaccin-contre-la-covid-19-de-pfizer-biontech.html

Moderna – monographie

https://vaccin-covid.canada.ca/info/pdf/vaccin-de-moderna-contre-la-covid-19-pm1.pdf

Informations du gouvernement du Canada sur le « vaccin » de Moderna

https://vaccin-covid.canada.ca/info/vaccin-de-moderna-contre-la-covid-19.html

Astra-Zeneca – monographie

https://vaccin-covid.canada.ca/info/pdf/vaccin-astrazeneca-contre-covid-19-pm-fr.pdf

Informations du gouvernement du Canada sur le « vaccin » de Astra-Zeneca

https://vaccin-covid.canada.ca/info/vaccin-astrazeneca-contre-covid-19-fr.html

Janssen (Johnson&Johnson) – monographie

https://vaccin-covid.canada.ca/info/pdf/janssen-covid-19-vaccine-pm-fr.pdf

Informations du gouvernement du Canada sur le « vaccin » de Janssen (Johnson&Johnson)

https://vaccin-covid.canada.ca/janssen-covid-19-vaccine/details-produit

À ce jour, le 26 mars 2021, aucun autre « vaccin » n’a été approuvé.

4 – Les « vaccins » sont dangereux, de plusieurs façons

Non seulement les « vaccins » comme tel cause directement des blessures et décès, comme nous allons décrire plus bas, mais ils sont aussi dangereux pour d’autres raisons, que voici.

Les effets indésirables et morts minimisés ou camouflés

Ce que nous savons sur les torts et décès causés n’est qu’une infime partie de la réalité. Cela n’est rien de nouveau, mais c’est particulièrement vrai pour ce « vaccin » pandémique. Il y a un système gigantesque qui a été mis en place pour contrer la découverte, la diffusion et la propagation des informations concernant les effets indésirables et les décès suite à la « vaccination ». Comme décrit plus haut dans le bulletin, même l’OMS a prévu le contrecoup de toute opposition aux « vaccins » découlant de la découverte des réactions indésirables et décès. Les grandes compagnies d’internet et de haute technologie ont été recrutées et les GAFAM ont toutes mis en place et avoué (dans des témoignages devant le congrès américain tout récemment) des systèmes pour contrer toute information qui pourrait nuire à la campagne de vaccination planétaire, comme l’intrusion et l’analyse des messages privés sur Messenger (Facebook), la censure ou l’élimination des information diffusées sur leur plateformes, ou l’élimination des comptes des personnes ou organismes diffusant des informations contraires à l’agenda de « vaccination ».

Dans le cas de la « pandémie » courante, il sera extrêmement facile de faire passer toute réaction indésirable ou décès causé directement par le « vaccin » sur le dos d’une autre condition ou encore pire sur le dos de la « pandémie » elle-même, puisque les gouvernements le font déjà depuis le début de la « pandémie ». (voir la section La maladie qui a le dos large).

Enfin, comme expliqué antérieurement dans le bulletin, l’OMS a préparé pendant l’été 2020 un guide détaillé pour ses pays membres pour limiter, contrôler, remodeler ou supprimer toute information éventuelle concernant les réactions indésirables à la suite d’un programme mondial de vaccination « pandémique ». Ce que nous voyons en ce moment dans les médias concernant les réactions indésirables depuis le début de la « vaccination » ne serait donc que la pointe du glacier !

Les fabricants admettent n’avoir fait que très peu d’études sur leur produit

Les fabricants admettent explicitement dans leur monographie que :

  • leurs « vaccins » pour la « pandémie » ne protègent aucunement une personne « vaccinée » d’une infection par le virus vedette
  • leurs « vaccins » n’empêchent aucune transmission par contagion du virus vedette et ne diminuent donc en rien la propagation du virus
  • leurs « vaccins » ne procure pas nécessairement aucune protection ni aucun bénéfice pour les personnes « vaccinées ».

Autrement dit, les « vaccins » qu’on est en train d’injecter dans des millions de personnes sont absolument inutiles pour atteindre le but visé qui était de stopper la « pandémie ». En plus de ne procurer aucune immunité ni aider aucunement la propagation, les fabricants admettent candidement dans leurs monographies ne connaître absolument rien sur les effets à moyen et long terme de leurs « vaccins ». D’ailleurs, comment pourraient-ils en connaître si les essais n’ont duré que quelques mois. Par exemple seulement, voici des informations tirées directement de la monographie du « vaccin » Pfizer. C’est semblable chez tous les fabricants de ces « vaccins ».

Concernant les effets à moyen ou long terme sur la reproduction et fertilité, voici ce que comporte la monographie de ce même « vaccin » qu’on est en train d’injecter dans des millions de personnes :

« Les études sur la reproduction et la toxicité pour le développement chez l’animal ne sont pas terminées. »

Concernant le risque de modifier ou d’endommager l’ADN des individus, voici ce que Pfizer/BioNTech propose pour son vaccin qui utilise la technologie ARNm, copié et collé directement de sa monographie :

« Le pouvoir génotoxique du vaccin n’a pas été évalué, puisque la réalisation d’études de génotoxicité n’a pas été jugée pertinente en l’occurrence. »

Enfin, concernant l’effet potentiel sur le développement futur de cancer, voici ce qu’on a écrit dans la monographie :

« Le pouvoir cancérogène du vaccin n’a pas été évalué, puisque la réalisation d’études de cancérogénicité n’a pas été jugée pertinente en l’occurrence. »

En même temps, Santé Canada affirme, sur le site web de son programme d’indemnisation aux victimes de la « vaccination », que :

« Les Canadiens peuvent faire confiance à la rigueur du système d’approbation de vaccins ; toutefois, advenant le cas rare où ils seraient victimes d’une réaction indésirable grave, ce programme contribuera à garantir qu’ils obtiennent le soutien nécessaire. »

Les autorités prévoient de nombreuses et/ou sérieuses réactions à la « vaccination »

Pour démontrer jusqu’à quel point les autorités ont aussi peu de confiance en l’innocuité de ce « vaccin », et craignent véritablement les torts et décès, voici quelques exemples seulement des mesures mises en place pour contrer cette inévitabilité :

Quand la folie vaccinale devient dangereuse

Voici un article sur le site de nouvelles de Microsoft qui commence à propager l’idée qu’on devrait non seulement se faire vacciner, mais « tant qu’à y être », pourquoi pas y aller pour le Mic Trio…les « vaccins » des trois compagnies, et plus s’il y en d’autres dans le futur…

https://www.msn.com/en-ca/health/medical/should-people-take-more-than-one-type-of-covid-19-vaccine/ar-BB1c39W2?ocid=msedgntp

Les « vaccins » des différentes compagnies ont été autorisés d’urgence selon des informations très précises fournies par des compagnies pharmaceutiques, incluant un protocole très strict d’application des « vaccins ». Les résultats de leurs « essais cliniques », même s’ils sont complètement bidons comme nous l’avons vu, sont basés sur ce protocole fourni aux autorités pour l’autorisation d’usage urgente. Or, maintenant, les gouvernements partout dans le monde, incluant au Canada et au Québec, ignorent complètement le protocole dicté par les compagnies pharmaceutiques, pour le remplacer par n’importe quoi. Tout, mais tout est complètement ignoré et la campagne de vaccination est improvisée d’un bout à l’autre. Voici ce que certains dirigeants ont permis ou ordonné :

  • Ignorer les consignes et limites de conservation (température et durée)
  • Improviser la quantité injectée, dans les deux sens, pour soit « augmenter » la « protection » ou bien pour étirer la sauce et permettre plus de « vaccinations »
  • Augmenter l’espacement temporel entre les deux « vaccinations »
  • Éliminer la « deuxième dose »
  • Utiliser les « vaccins » des différentes compagnies de façon interchangeable pour la « deuxième dose », malgré la monographie qui avertit explicitement de ne pas faire ceci
  • Ajouter une troisième dose après qu’une personne tombe malade, malgré avoir été  doublement « vaccinée »
  • Administrer le « vaccin » même s’il a tué des centaines de personnes et qu’il a été suspendu dans une cinquantaine de pays.
  • Administrer un « vaccin » à un groupe d’âge qui n’est pas autorisé

Devant cette folie de « vacciner » le plus vite possible le plus grand nombre de personnes possible, pour profiter de la frénésie qui affecte les personnes qui ont cru le diktat officiel, le gouvernement canadien a approuvé un troisième « vaccin » à la hâte encore une fois, qui a un pedigree encore pire que les deux premiers. De plus, il va chercher des lots de « vaccins » restants de d’autres campagnes de « vaccination » ratées (surplus) et qui ont transité par d’autres pays et qui approchent leur date de péremption, comme un robineux qui fume des restants de cigarettes trouvées sur la rue. Les responsables nous assurent qu’ils vont injecter ces fioles le plus rapidement possible dans les personnes, avant la date de péremption. Est-ce que le préposé va renifler la fiole comme on le fait pour une pinte de lait qui approche la date fatidique ? https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1774480/vaccin-approvisionnement-distribution-provinces-territoires-covid-19

Concernant un « vaccin » en particulier, celui d’AstraZeneca, l’histoire devient encore plus enrageante. Nous insistons sur cet unique petit détail puisqu’il démontre jusqu’à quel point cette campagne de vaccination est véritablement n’importe quoi, une improvisation totale remplie de mensonges, incompétence, malice et contradiction. Voici la séquence des événements, tout ceci à l’intérieur de seulement 1 mois ! :

  • Au début, le « vaccin » était autorisé pour tous les adultes
  • Ensuite on a dit que les personnes en haut de 64 ans ne devraient pas le recevoir
  • Ensuite on dit à nouveau que tous les adultes peuvent le recevoir
  • Ensuite des centaines de personnes meurent ou subissent des torts graves
  • Le « vaccin » est suspendu dans la plupart des pays d’Europe
  • Santé Canada insiste pour dire que le « vaccin » est sécuritaire
  • Ensuite, Santé Canada émet un avertissement sérieux concernant ce « vaccin »
  • Le personnel médical doit avertir les personnes qui reçoivent le « vaccin » de surveiller des symptômes de thrombose, embolie et crise cardiaque
  • Au Canada, le « vaccin » est suspendu par Santé Canada pour les moins de 55 ans
  • Néanmoins, Santé Canada affirme que le « vaccin » est « sur et efficace » pour tous
  • Ensuite Santé Canada recommande le « vaccin » pour les 30 ans et plus, mais uniquement si les personnes ont trop hâte de se faire « vacciner »
  • • Enfin, quelques semaines plus tard, les provinces retirent les injections car elles sont jugées trop dangereuses !

Voici un article qui décrit bien un autre exemple de cette pure improvisation et expérimentation faite sur le public dans ce « AstraGate » : https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=astrazeneca-vaccin-seconde-dose-moins-55-ans

Il devient évident que tout ceci ressemble à un bateau qui est en train de couler et les réactions, conseils et prises de position n’ont absolument rien à voir avec la santé, et uniquement des décisions politiques afin d’atteindre le but ultime, au détriment de la population mal informée et vulnérable. Voici quelques articles qui décrivent tout cela :

Notez que des histoires toutes aussi perverses existent pour tous les autres « vaccins ». Nous vous rappelons qu’aucun de ces « vaccins » n’a été conçu ni vendu ni autorisé d’urgence pour prévenir l’infection ou pour prévenir la transmission par contagion, tel qu’admis par les compagnies elles-mêmes et par Santé Canada. Le seul bénéfice annoncé par les « études » frauduleuses est de peut-être avoir une grippe un peu moins virulente, mais nous avons vu dans la deuxième section que même ces prétentions sont absolument frauduleuses.

Le « vaccin » augmente de 100% les chances de symptômes graves

Ce que nous ne voyons évidemment jamais dans les grands titres est le fait que du nombre de personnes qui ont été « étudiées » dans les « essais cliniques », les personnes qui ont été injectées avec le « vaccin » avaient le double de fréquence de symptômes extrêmement graves. Même si véridique, nous avançons cette information sans trop de sérieux ou dramatisation, puisque toutes les conclusions des résultats de ces « essais clinique » sont à la base, statistiquement non-significatives considérant les nombres d’événements en jeu rapportés, en plus de provenir de données d’une étude faite avec une structure et méthodologie complètement bidon.

Cependant, il est connu depuis très longtemps dans le domaine de recherche sur les coronavirus, que toutes les tentatives de vaccins ont échouées de façon catastrophique à cause d’un effet paradoxal contraire aux attentes, soit que les cobayes vaccinés ont été beaucoup plus affectés, en nombre et en gravité, quand éventuellement exposés au véritable virus. C’est la même réaction observée globalement chez les personnes vaccinées pour la grippe saisonnière, qui ont été plus affectées, aussi en nombre et en gravité, par des coronavirus dans l’année qui a suivi l’injection (ceci est également décrit ailleurs dans ce bulletin et dans les liens web).

Dans cette étude on a découvert comment des animaux vaccinés « contre » un coronavirus souffraient davantage d’une réponse auto-immunitaire pathogénique que le groupe contrôle. Les « vaccins » causaient des hépatites sévères. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15507655/

Cet article décrit comment les tentatives de « vaccination » pour les coronavirus ont toujours échouées. Souvent, les vaccins ont causé une erreur auto-immunitaire ou bien une amplification grave des symptômes à la suite d’une infection naturelle avec le coronavirus visé par le vaccin : https://coronavirusexplained.ukri.org/en/article/vdt0002/  Voici un extrait de l’article :

« In the case of tests of vaccines against SARS in animal models there were problems in developing both protective immunity and also evidence that the wrong sort of immune response could potentially cause side effects if protection against infection was incomplete. So, in tests of early SARS vaccines in ferrets and monkeys, several vaccines stimulated antibodies against the spike protein but they only protected partially against lung disease.[3] Also, some vaccines were associated with lung inflammation when immunised mice were later infected with the virus.[4]

These examples give some insight into the difficulties of producing vaccines. They show how important it is that vaccines stimulate the right immune responses and why safety tests are vital. »

Peter Hotez, une des personnes chargées du projet de développement de ces nouveaux « vaccins », décrit ce phénomène quand il témoigne devant un comité du Congrès américain : https://www.c-span.org/video/?c4861348/user-clip-dr-peter-hotez-speaks-congress-coronavirus-vaccines Notez comment il décrit que cette difficulté intrinsèque à développer des « vaccins » pour les virus respiratoires est bien connue depuis plus de 50 ans. Il décrit comment ces recherches pour cette classe de « vaccins » avait à toute fin pratique été abandonnées depuis des décennies par les compagnies pharmaceutiques après toutes les réactions immunitaires amplifiées pathogéniques et même des décès chez des enfants suite à ces « vaccins ». Plus récemment, la fondation Bill and Melinda Gates a réactivé cette ambition. Il explique néanmoins que le problème d’apprêt immunitaire pathologique intrinsèque demeure et que le développement de ce genre de « vaccin » doit être fait avec beaucoup de prudence. Ceci ne doit pas se faire de façon précipitée. C’est pour cette raison que ce genre de recherches se fait normalement d’abord sur des animaux de laboratoire, et que les recherches durent plusieurs années. Or en 2020, on a négligé les études sur les animaux de laboratoire, pour aller tout droit sur des cobayes humains.

Nous avons aussi vu plus haut comment les personnes plus âgées, plus affectées par la « pandémie », sont aussi plus vulnérables aux effets pathogéniques paradoxaux des « vaccins » : https://journals.plos.org/plosmedicine/article?id=10.1371/journal.pmed.0030525

Ce phénomène est aussi décrit en détail dans cet article : https://childrenshealthdefense.org/defender/pfizer-COVID-vaccine-trial-pathogenic-priming/

En Israel, c’est l’hécatombe suite à une campagne de « vaccination » extrêmement agressive et à toute fin pratique, forcée. Des scientifiques décrivent la campagne de « vaccination » comme un « un nouvel holocauste ». Ceci serait en partie expliqué par ce même principe d’apprêt pathogénique décrit plus haut : https://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/297051

Les personnes « vaccinées » sont plus dangereuses pour la société

C’est un mensonge très grave que de dire à la population qu’il est important de se faire « vacciner » pour « protéger » les autres. La réalité est diamétralement opposée. Si on croit les prétentions des compagnies pharmaceutiques et des autorités qui ont approuvé ces « vaccins », c’est donc dire que les personnes qui se font « vacciner » seraient beaucoup plus dangereuses que les personnes normales, car au moins, ces dernières savent quand elles sont infectées et malades, et leur entourage aussi, et des efforts peuvent être faits pour éviter la contagion, comme rester au lit à la maison. L’inverse est vrai pour la personne « vaccinée », qui est également infectée, mais qui ne ressent supposément peu ou pas de symptômes. Ces personnes « infectées » et leur entourage bénéficieraient donc d’un faux sens de sécurité, et la contagion augmenterait d’autant, puisque les autorités ont insisté à nous faire croire qu’une personne avec aucun symptôme peut « transmettre » le virus. Cette nouvelle théorie de contagion asymptomatique, qui a eu comme but de convaincre les personnes qu’il était bon de mettre des masques, se revire maintenant contre eux. Nous avons expliqué plus haut dans la section sur la vaccination ce grand mythe que les personnes « vaccinées » protègent leur entourage.

De plus, dans une étude datant de 2015, on a conclu que des vaccins qui n’offrent pas d’immunité au virus, et qui ne préviennent pas la transmission, contribuent à augmenter la propagation du virus. Or, les « vaccins » pandémiques actuels qu’on est en train de vendre et administrer partout sur la planète sont précisément ce type de « vaccin », qui ne prévient pas d’infections, mais fait seulement prétendre une réduction de la gravité des symptômes. De plus plusieurs scientifiques prétendent que la « vaccination » à grande échelle est responsable de cette propagation, et peut-être même la création, de ces « variants ». Voici un article qui décrit ceci en plus grand détail :

Voici l’étude complète : https://journals.plos.org/plosbiology/article?id=10.1371/journal.pbio.1002198

Enfin, si vous pensez être plus en sécurité avec une personne qui est « vaccinée », ou si vous pensez faire une bonne chose pour votre entourage en vous faisant « vacciner », vous faites erreur. Vous êtes en fait une plus grande menace quand vous êtes vaccinée. Un article décrit comment les personnes vaccinées peuvent devenir plus dangereuses que les personnes normales. https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-11-11/if-we-re-not-careful-a-vaccine-might-help-covid-19-spread

Nous vous rappelons ce que nous avons expliqué dans la section L’infâme technologie ARNm, que les personnes « vaccinées » risquent de devenir ostracisés par la société s’il est découvert qu’elles représentent une menace. Vous ne pourrez jamais retourner en arrière une fois « vaccinée » avec ces produits purement expérimentaux. Voulez-vous vraiment prendre ce risque ? La décision vous appartient.

Dénoncés par la majorité des spécialistes, virologues, immunologues, et médecins à travers le monde

Il semble que les seules parties impliquées dans toute cette histoire de « vaccin » et qui ont eu un mot à dire publiquement sont les compagnies pharmaceutiques elles-mêmes, les politiciens, les médias, et quelques pommes pourries stratégiquement placées à la tête des autorités de santé publique. On a complètement ignoré l’avis de la vaste majorité des autres spécialistes, statisticiens, virologues, immunologues, médecins, et autres responsables de la santé publique à travers le monde. C’est ce qui arrive quand les médias sont séquestrés avec des subventions par les compagnies pharmaceutiques et les gouvernements. Il n’y a plus aucune place pour la dénonciation de la fraude scientifique et l’arnaque financière en cours. Il faut chercher sur les plateformes alternatives pour trouver la vérité. Ce qui est largement circulé dans les médias relève purement de mensonges, parfois même malveillants. L’agenda politique de cette arnaque est d’une évidence tellement flagrante pour une personne qui fait le moindre effort de regarder les faits et réfléchir soi-même.

Il y a un effort global planétaire massif de la part de la véritable communauté médicale et scientifique pour dénoncer ces vaccins (ceux qui osent parler publiquement et mettre en péril leur carrière), mais les médias sociaux mènent une campagne extrêmement agressive de censure et d’élimination, comme le font les médias traditionnels. Voici un échantillon de cette dénonciation médicale encore disponible : https://brandnewtube.com/watch/ask-the-experts-covid-19-vaccine-now-banned-on-youtube-and-facebook_qIsNohSIeSgfz2J.html

Au Canada, voici une coalition de médecins, infirmières et autres spécialistes qui dénoncent les politiques des gouvernements, mais aussi des « vaccins » :

Un microbiologiste allemand Sucharit Bhakdi dénonce publiquement depuis le début les politiques en Allemagne et partout dans le monde et mène une lutte contre la désinformation médiatique et gouvernementale. Voici une entrevue dans laquelle il met en garde les personnes concernant la « vaccination » pandémique : https://rumble.com/embed/vd8v41

L’Américain Del Bigtree est une des figures de proue dans la lutte contre la désinformation publique. Il a été un producteur de télévision pour l’émission de télévision médicale très populaire The Doctors. Il avait démissionné après qu’on lui ait interdit de produire un épisode traitant de la corruption possible dans le mécanisme d’autorisation des produits pharmaceutiques à la FDA américaine: https://thehighwire.com/videos/how-effective-is-the-covid-19-vaccine/

Regardez ce que pense du « vaccin » une imminence dans le milieu français de la santé, le professeur Christian Perronne. Il dénonce férocement les nouveaux « vaccins » pour la « pandémie » qui sont à toute fin pratique une thérapie génétique de cobayes

La généticienne Alexandra Henrion-Caude décrit l’imposture incommensurable des « vaccins » qui sont sur le point d’être distribués globalement

Voici une émission qui couvrent divers aspects de la résistance à la vaccination :

Les torts et morts réels se font connaître

Selon un sondage Léger, une majorité de Canadiens ne veulent pas se faire « vacciner » : https://www.journaldemontreal.com/2021/03/06/les-vaccins-injectent-aussi-une-dose-despoir

Encore plus important, regardez toutes les réactions indésirables de ces « vaccins ». Le sondage révèle que 3 % des personnes « vaccinées » ont été hospitalisées suite à la « vaccination ». Imaginez, on a envoyé 3 % des personnes les plus âgées et vulnérables à l’hôpital, soit environ 60,000 personnes hospitalisées jusqu’à date (15 avril 2021), les mêmes personnes qu’on était censé protéger. Ce n’est pas surprenant de voir les statistiques d’hospitalisation augmenter ! Ce sont des hospitalisations suite à la « vaccination », et ils utilisent ces données pour promouvoir leur « pandémie » imaginaire, et leur campagne de « vaccination » ! C’est triplement scandaleux ! Autrement dit, la « vaccination » cause beaucoup plus d’hospitalisations que le virus qu’elle vise ! C’est de la folie criminelle ! Même si on appliquait ces statistiques au souhait du gouvernement du Canada de « vacciner » 38 millions de Canadiens (avec un pourcentage de 1 % au lieu du 3 % pour tenir compte de l’âge avancé et vulnérabilité accrue des personnes déjà « vaccinée », nous aurions plus de 350,000 hospitalisations, seulement pour la « vaccination », soit environ 7 fois plus d’hospitalisations que depuis le début de toute cette folie. De toutes les actions de la vie que vous pouvez choisir de faire aujourd’hui, celle qui comporte le plus grand risque de vous faire hospitaliser, est d’aller vous faire « vacciner ». On ne peut que conclure que vos dirigeants sont dangereux et vous souhaitent du mal !

Malgré un effort monumental pour contrôler la diffusion des informations sur les torts causés par les « vaccins », certaines nouvelles nous parviennent. Cependant, il est difficile de maintenir une liste complète de toutes les histoires de torts et décès rapportés, mais nous en avons vu des centaines depuis le début de cette campagne de « vaccination ». Notez qu’en date de cet écrit, le 3 mars 2021, moins de 1% (0.7) de la population globale a été « vaccinée ». Comme on s’y attend, les personnes responsables de la « vaccination » nient toujours un lien avec la « vaccination » et attribuent toujours les torts et décès à la « coïncidence », même quand les torts ou le décès survient dans les minutes ou les heures suivant la « vaccination ». Il y a donc eu des milliers de coïncidences. Il n’y a qu’une infime partie des torts et décès qui parviennent à se rendre dans les médias. Même s’ils ne sont pas responsables légalement pour les torts causés par leurs vaccins, les compagnies pharmaceutiques ont des budgets importants pour payer généreusement et faire taire des victimes de la vaccination et leur famille, surtout pendant les débuts de la campagne de « vaccination ». Voici néanmoins quelques exemples de ces nouvelles qui sortent quotidiennement.

Il y a des milliers de rapports indépendants de torts et décès suivant la “vaccination. C’est difficile d’en suivre le déroulement quotidien, mais voici une compilation (non exhaustive !) de 113 pages avec des dizaines de milliers de ces réactions indésirables suivant la “vaccination, incluant des milliers de décès : https://drive.google.com/file/d/1mNDdjXquWB1MAh2-SjqobADDEpdt1wB_/view

En Italie, le procureur a ouvert une enquête criminelle d’homicide après qu’un professeur de musique en bonne santé est mort quelques heures après avoir reçu un « vaccin » pour la « pandémie » :

En Norvège, des dizaines de personnes sont mortes peu de temps après avoir reçu le fameux « vaccin », soit environ 1 personne sur 1000. https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-01-15/norway-warns-of-vaccination-risks-for-sick-patients-over-80

Certains défendent la vaccination en disant que ces personnes étaient âgées et déjà très frêles. C’est un double standard hypocrite car cette même logique n’est jamais utilisée pour défendre un décès présumément causé par le virus. De plus, n’est-ce pas précisément la raison pour laquelle on voulait les « vacciner » en priorité, leur vulnérabilité ? À quoi bon un « vaccin » qui est dangereux pour les personnes vulnérables au même taux que le virus lui-même. Et à quoi bon « vacciner » des personnes fortes si le virus n’est pas une menace pour elles ? C’est absurde.

En Israël, c’est le « vaccin » de Pfizer qui fait des ravages. Tel que rapporté par le Israël National News, des chercheurs concluent que les données « officielles » des torts causés par les vaccins ne coïncident pas avec les véritables données sur le terrain. Pour les personnes âgées, le « vaccin » aurait déjà causé plus de 40 fois plus de décès que le virus lui-même aurait causé. Pour les personnes plus jeunes, c’est 260 fois plus de décès que le virus lui-même. Dans les mots des chercheurs, l’effort gouvernemental de « vaccination » est « un nouvel Holocauste ».

Aussi en Israël et aux États-Unis, plusieurs femmes rapportent des problèmes menstruels de tous genres après la « vaccination » (hémorragie, recommencement post-ménopause, dérèglement de cycle, etc.) : https://www.haaretz.com/israel-news/some-vaccinated-israeli-women-report-irregular-menstrual-cycles-bleeding-1.9550291

Aux États-Unis c’est le même scénario qui se déroule, et ce n’est que le début, et n’oubliez jamais que, généralement, seulement 1% des effets indésirables sont rapportés. Il y a des centaines d’événements comme ceux-ci :

Aussi aux États-Unis, 4 méga sites de « vaccination » ont été fermés un à la suite de l’autre au courant du mois d’avril 2021 à la suite des dizaines d’effets indésirables importants et hospitalisations :

Au Canada, seulement dans les premiers jours de la « vaccination » au début de janvier 2021 :

En Allemagne, même son de cloche :

https://m.republicworld.com/world-news/europe/10-dead-in-germany-within-4-days-of-covid-19-vaccine-inoculation-probe-ordered.html

En Grande-Bretagne, c’est la même histoire qui se répète avec des dizaines de personnes âgées qui meurent dans les jours après avoir reçu le « vaccin » :

Aussi en Grande-Bretagne, c’est un système de cartons jaunes qui est utilisé pour rapporter les effets indésirables suite à la « vaccination ». Voici les rapports datant du 28 mars 2021 avec une liste exhaustive des réactions et décès rapportés. Il y a eu des dizaines de milliers de cartons jaunes, et 786 décès rapportés suivant la « vaccination ». Vous pouvez consulter les rapports complets ici, pour les différentes compagnies de « vaccins » :

Selon ces derniers rapports, il y aurait eu 112 personnes qui seraient devenues complètement aveugles suite à la la « vaccination ». La liste des torts rapportés est d’une ampleur qui dépasse même les attentes les plus pessimistes.

En France, c’est l’ANSM qui est chargée de faire le suivi des réactions indésirables suivant la « vaccination ». En date du 1 avril 2021, dans les rapports qui suivent (.pdf), des milliers d’effets indésirables ont été rapportés, dont des milliers « médicalement significatifs », et au moins 439 décès (Pfizer 386, Moderna 8, AstraZeneca 45), dont des dizaines sont des morts subites. Les effets pour chaque compagnie de « vaccins » sont rapportés séparément et sont environ proportionnels au nombre de « vaccins » administrés :

En Espagne, le même scénario se poursuit : https://childrenshealthdefense.org/defender/nursing-home-residents-spain-die-pfizer-covid-vaccine/

Au Danemark, en Norvège, en Islande, en Italie, en Islande, en Espagne, dans les Pays-Bas, en Allemagne, en France, et dans plusieurs autres pays, on a autorisé pour utilisation urgente le « vaccin Astra-Zeneca », mais on a aussi suspendu de façon urgente son utilisation après que des décès et torts ont été associés à ce « vaccin » :

Malgré ce retrait préventif dans plus d’une vingtaine de pays, le gouvernement du Canada s’obstine pour rassurer que le « vaccin » est sécuritaire pour les Canadiens : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1777407/coronavirus-vaccination-astrazeneca-europe-suspension-precaution

En Australie, toute la campagne de « vaccination » a été déraillée quand plusieurs médecins du pays ont décidé d’arrêter d’offrir le « vaccin » AstraZeneca pour protéger leurs patients de moins de 50 ans. Les médecins considèrent que la « science » derrière ces « vaccins » n’est pas du tout établie, et que leur statut médico-légal est incertain. Il y a tellement d’incertitudes entourant ces « vaccins » que le gouvernement a dû intervenir directement auprès des compagnies d’assurance professionnelle des médecins pour tenter d’en arriver à une entente spéciale concernant la responsabilité professionnelle relative à ces « vaccins » expérimentaux. Les pourparlers étaient en cours le 12 avril 2021 : https://www.smh.com.au/national/doctors-stop-offering-astrazeneca-jabs-over-legal-risk-20210410-p57i5f.html

Après l’avalanche de mauvaises nouvelles et la suspension de l’utilisation de ce « vaccin » dans plusieurs pays, AstraZeneca a changé le nom de son « vaccin » à Vaxzevria. La compagnie annonce que la formulation de son produit n’a pas changé, mais que son étiquetage et emballage seront changés.
https://www.rt.com/news/519574-astrazeneca-name-change-vaccine-vaxzevria/
Ce changement de nom a été approuvé par l’agence de médecine européenne (EMA) :
https://www.ema.europa.eu/en/medicines/human/EPAR/vaxzevria-previously-covid-19-vaccine-astrazeneca#safety-updates-section
Cette même agence a cependant révisé son avis de sécurité publique pour refléter les « nouvelles » découvertes de réaction indésirables graves :
https://www.ema.europa.eu/en/documents/covid-19-vaccine-safety-update/covid-19-vaccine-safety-update-vaxzevria-previously-covid-19-vaccine-astrazeneca-29-march-2021_en.pdf

Voici un reportage vidéo sur les débuts des torts de la « vaccination » massive : https://thehighwire.com/videos/covid-vaccine-injuries-begin/

Sur des centaines de blogs et sites web indépendant et personnels, on peut retrouver des histoires individuelles des torts et décès. Notez que ces histoires personnelles sont effacées systématiquement des grandes plateformes comme Youtube, Facebook, etc. Voici des exemples de ces sites :

De milliers de personnes « vaccinées » malades ou mortes après infection

Depuis le début des campagnes de « vaccination » à travers le monde, la situation s’est empirée dans presque tous les pays qui ont administré les « vaccins ». Les « variants » se sont multipliés et font supposément encore plus de ravages. Dans les pays qui n’avaient que peu ou pas de problème « pandémique » mais où on a commencé la « vaccination », on a commencé à observer une apparition massive de « cas ». Nous avons vu comment le vaccinologue belge Vanden Bossche a expliqué comment la « vaccination » massive pouvait même contribuer à l’émergence de variants encore plus virulents.

Aux États-Unis, il y a des centaines de personnes pleinement « vaccinées » qui deviennent des « cas » qui contribuent au compte. Certaines personnes meurent de la maladie même après avoir été pleinement « vaccinées » (alors que les essais cliniques ont avancé qu’aucune personne n’était morte après une infection « post-vaccination », autant pour le groupe principal que pour le groupe placebo) :

Dans une étude faite par des médecins de la Californie et publiée dans le New England Journal of Medicine, on a constaté que les personnes « vaccinées » avaient un taux d’infection « post-vaccinal » plus élevé que celui rapporté dans les « essais cliniques » menés par les fabricants de « vaccins ». https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMc2101927

Au Kentucky, dans un monastère complètement isolées depuis des mois et libre de toute infection depuis le début de la « pandémie », presque la totalité des résidentes ont contracté l’infection 2 jours après avoir été « vaccinées » et 3 sont mortes peu de temps après (2 initialement et 1 autre plus tard). Les « autorités » affirment ne pas savoir comment la maladie a pu trouver son chemin jusque dans l’établissement (!) : https://local12.com/news/local/two-sisters-at-villa-hills-monastery-die-from-covid-19-after-28-test-positive-cincinnati

Au Gibraltar, il y a eu le plus grand nombre de décès jamais enregistré en quelques jours, incluant pendant toutes les guerres de l’histoire, seulement quelques jours après le début de la campagne de « vaccination » : https://www.conservativewoman.co.uk/the-vaccine-connection-to-death-on-the-rock/

Voici un reportage vidéo qui raconte ces deux derniers cas (Kentucky et Gibraltar) : https://thehighwire.com/videos/isolated-nuns-die-days-after-vaccine/

Au Chili, un des pays qui a le plus haut taux de « vaccination » au monde, la « pandémie » a soudainement pris de l’ampleur après le début de la « vaccination ». https://www.forbes.com/sites/joewalsh/2021/04/06/covid-is-surging-in-chile-despite-high-vaccination-rates—heres-why-the-us-should-take-notice/?sh=4696735a9b6c

En Ontario, c’est un véritable désastre qui a commencé seulement quelques semaines après le début de la campagne de « vaccination » avec un resserrement radical correspondant des mesures sanitaires : https://ottawacitizen.com/news/local-news/covid-19-ontario-reports-more-than-4000-new-cases-vaccine-booking-opens-to-ottawans-50-and-older-in-select-neighbourhoods

En Israël, une majorité de personnes auraient déjà été « vaccinées ». Selon une étude récente de l’Université de Tel Aviv, les personnes qui ont été « vaccinées » seraient 8 fois plus vulnérables aux « variants » que les personnes « non-vaccinées ». Ce qui ressort aussi de cette étude est que les personnes « vaccinées » sont autant sujettes à être infectées que les personnes « non-vaccinées », ce que nous rappelons tout au long de ce bulletin :

Des fausses couches spontanées pour des femmes enceintes.

L’OMS conseille aux femmes enceintes de ne pas se faire « vacciner » parce que l’innocuité n’a pas été prouvée. Incroyablement, le gouvernement encourage les femmes enceintes à aller se faire « vacciner », même si ces « vaccins » n’ont jamais été testés ni autorisés pour ce groupe. Nous assistons à une expérience non-contrôlée à grande échelle en temps réel. Nous ne pouvons absolument pas concevoir comment une femme peut décider de se faire injecter un produit pharmaceutique strictement expérimental et non-approuvé dans le sang quand elle est enceinte, mais des milliers le font. Sans surprise, des centaines des femmes enceintes qui ont décidé de leur propre chef de servir de cobaye ont vu leur grossesse interrompue avec des fausses couches spontanées dans les jours qui ont suivi leur « vaccination ». Cet article décrit des dizaines de cas qui ont effectivement été rapportés au VAERS, mais si on applique le principe historique assez solide que seulement 1% des cas sont rapportés, nous pouvons raisonnablement conclure que des centaines (ou milliers) de fausses couches ont eu lieu peu de temps après la « vaccination » :

En Grande-Bretagne, c’est le même son de cloche, avec 59 fausses-couches ou autres problèmes reliés suivant la « vaccination », tel que rapporté par le gouvernement : https://dailyexpose.co.uk/2021/04/10/59-reports-women-losing-baby-covid-vaccine/

Des écoles fermées car trop de professeurs malades après les « vaccins »

Vu que les autorités s’attendaient à des effets indésirables importants suite à la « vaccination, ils ont prévu de décaler généreusement la « vaccination » des travailleurs de la santé pour ne pas en perdre trop d’un seul coup. Cependant, dans plusieurs écoles, ils n’ont pas prévu un décalage aussi grand pour le personnel. Certaines écoles ont dû fermer leurs portes au lendemain de la « vaccination » du personnel, parce qu’un trop grand nombre de personnes sont tombées malades quelques heures après avoir été « vaccinées ». Par exemple, dans l’état voisin du New Hampshire, une commission scolaire a fermé ses écoles cette semaine, lundi le 22 mars 2021, le lendemain de la « vaccination » de la moitié du personnel. Il n’y avait plus assez de personnel le lendemain pour assurer l’éducation et la sécurité des étudiants. Vous pouvez lire l’histoire dans l’article suivant : https://www.theepochtimes.com/schools-canceled-after-teachers-staff-ill-from-the-effects-of-the-vaccine-superintendent_3744843.html  Vous pouvez lire le communiqué envoyé aux parents directement sur le site web de la commission scolaire : https://www.parentsquare.com/feeds/6941028?fbclid=IwAR2lDOBwFlurKlV4robEX7EZ94GMBSajibKA0OWJ6OhDEpkiLHLOZar7D8E

Voici ce qu’une enseignante aurait écrit sur le site Facebook de la commission scolaire, en parlant du « vaccin » :

« I got it yesterday at 930 am and this morning at 2 I felt like I got hit by a Mac truck! Hits everyone so differently. »

Effets indésirables qui ressemblent aux indices de cancer

Il est difficile de suivre tous les développements des torts, dangers, risques et scandales concernant ces « vaccins » bidons qui ont été précipités irresponsablement dans le monde, mais voici un parmi tant d’autres problèmes reliés à ces « vaccins ». Suite à la vaccination, des dizaines de millions de personnes voient leurs ganglions enfler, ce qui peut mener à des erreurs de diagnostiques de cancer : https://www.nytimes.com/2021/03/01/health/covid-vaccine-lymph-nodes.html

Un double-standard hypocrite brûlant

Depuis le début de cette « pandémie », on a reconnu dans presque tous les pays que ce n’étaient que les personnes dont la santé était déjà lourdement hypothéquée qui ont succombé à cette grippe. C’est vrai de toutes les grippes, depuis toujours. Rien de nouveau à nos yeux. Évidemment, ce sont les personnes qui sont dans des centres de soins longue durée qui sont les plus hypothéquées ! C’est précisément pourquoi elles sont dans ces centres. Aussi, la majorité des résidents de ces centres sont très âgés, souvent même au-delà de l’espérance de vie moyenne. Ainsi, plusieurs personnes ont avancé l’idée qu’il ne fallait pas nuire à la vaste majorité (99% et plus) de la population avec toutes ces mesures débiles et débilitantes, pour seulement peut-être (rien de certain, pure hypothèse) aider ces personnes qui sont sur le dernier mille de leur vie de toute façon. Ces personnes ont été traitées de sans-cœur, d’égoïstes, de salauds, et pire encore, par les politiciens et les médias.

Or, maintenant que les « vaccins » sont arrivés, ils commencent à tuer des centaines de personnes dans ces centres de soins longue durée, partout dans le monde, puisque ce sont ces personnes les plus fragiles que les dirigeants ont décidé d’utiliser comme cobayes pour la « vaccination » de masse. Mais maintenant, ces mêmes dirigeants et journalistes défendent la ces torts causés par la « vaccination » avec l’argument que ces personnes ont succombé aux « vaccins » parce qu’elles étaient déjà très fragilisées par une comorbité ! Quand on utilise l’argument pour expliquer que cette nouvelle grippe a tué prématurément une vieille personne déjà fragile, c’est d’une cruauté inhumaine, alors que c’est correct d’utiliser ce même argument pour défendre l’homicide par le « vaccin ».

« Si une personne de 85 ans meure d’une grippe, c’est une tragédie nationale. »

« Si une personne de 85 ans meure d’un vaccin, bof, elle était déjà malade. »

Quel double standard dégoûtant, et franchement, criminel, puisqu’au moins, dans le premier cas, c’est le simple produit de la Nature, sans faute humaine, alors que dans le deuxième cas, c’est le fruit d’une action humaine violente (la plupart des personnes injectées avec létalité l’ont été sans consentement éclairé). Voici un article qui met en évidence ces réactions hypocrites : https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=covid-19-5-personnes-vaccinees-decedees-un-lien-avec-vaccin

Une autre contradiction cinglante dans cette folie de la « vaccination » est apparue le 28 janvier 2020 quand il a été déterminé par un groupe d’experts allemands que le « vaccin » de AstraZeneca ne devrait jamais être administré à des personnes de plus de 64 ans. Toute cette folie planétaire a été bâtie sur l’idée que les personnes de 65 ans et plus étaient plus vulnérables, et les gouvernements partout dans le monde se sont empressé pour « vacciner » ces personnes en premier. Résulte maintenant qu’un des quatre « vaccins » principaux n’est pas recommandé pour ce groupe d’âge. Ce n’est qu’une autre carte retirée de ce véritable château de carte qu’est cette campagne de « vaccination ». En plus des torts, des découvertes de supercherie absolue dans les « essais », des doutes sur les prétentions de « nouvelle technologie ARNm », les torts et décès qui s’accumulent, ce n’est qu’une question de temps avant que la campagne de « vaccination » soit haltée. En Ontario aussi on déconseille d’utiliser ce « vaccin » chez les personnes de plus de 64 ans.

5 – L’arnaque de la campagne de « vaccination » et la menace de l’obligation

Les campagnes de « vaccination » à travers le monde sont devenues de véritables courses contre la montre, mais pas du tout pour les bonnes raisons. Alors que de plus en plus de personnes réalisent l’ampleur de l’arnaque pharmaceutique et toutes les magouilles derrière la « pandémie », les autorités ne réussissent plus à maintenir l’appui inconditionnel de la population et n’ont pas le choix que de relâcher certaines mesures sanitaires devenues ridicules. En même temps, les promoteurs de la vaccination voient leur chance de réussir leur grand coup diminuer de jour en jour, alors ils redoublent les efforts pour accélérer la vaccination de toutes les façons imaginables et même dangereuses. C’est une course contre la montre, non pas pour éradiquer une « pandémie », mais bel et bien pour réussir à duper le plus de monde possible à aller se faire injecter ce cocktail chimique et biologique avant que la fièvre « pandémique » ne s’estompe. Autrement dit, il faut battre le fer pendant qu’il est chaud !

Campagne publicitaire abrutissante et censure des informations contradictoires

Nous avons cessé de regarder les canaux de télévision depuis le mois de mars 2020, puisque ceux-ci étaient devenus insupportables pour nous, avec les mensonges, la propagande médiatique, les publicités trompeuses, et les nouvelles en continu abrutissantes. Nous avons tout récemment recommencé à regarder quelques émissions, en faisant bien attention de passer par-dessus les canaux de nouvelles en continu, ou plutôt de mensonges en continu ! Néanmoins, nous nous sommes rendu compte qu’il y a une quantité jamais vue dans l’histoire de publicités pour promouvoir la « vaccination », mais aussi de la vaccination en général. Il semble qu’il faut battre le fer pendant qu’il est chaud et profiter de cette folie « vaccinale » pendant qu’elle est là pour vendre d’autres sortes de vaccins. Les gouvernements et les compagnies elles-mêmes font des publicités pour encourager la « vaccination », avec des mensonges flagrants qui disent que cette « vaccination » est parfaitement sécuritaire. C’est paradoxal que le premier ministre du pays disait il y a un an qu’il n’y avait pas de limites sur ce qu’il fallait faire pour protéger une seule vie, mais quand des milliers de personnes meurent après une « vaccination », il semble que la vie n’a plus la même valeur. Malgré les torts et décès rapportés par milliers partout sur la planète, la campagne de « vaccination » incluant la publicité, se poursuit sans répit. Les médias et les grands réseaux sociaux font tout pour stopper la diffusion des torts : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1774344/twitter-rappel-cinq-fois-vaccins-bannissement

Voici le journaliste américain influent Tucker Carlson qui, lui, pose les vraies questions concernant la « vaccination », les seules qui importent : https://video.foxnews.com/v/6248922358001

Une majorité de Canadiens ne veulent pas de « vaccin »

La plupart des sondages qui ont circulé toute l’année dernière démontraient qu’une majorité des Canadiens ne voulaient pas se faire vacciner. Étrangement, beaucoup de ces articles web sont disparus, et maintenant les sondages qu’on retrouve dans les grands médias sont moins cinglants pour les proposants de la « vaccination ». Les autorités sont tellement désemparées, qu’elles admettent qu’elles devront avoir recours à toutes les stratégies possibles pour convaincre la population de se faire vacciner, coûte que coûte. Ils dépensent des dizaines de millions de vos dollars dans des publicités trompeuses et même remplies de mensonges pour convaincre le plus grand nombre de personnes à se faire « vacciner ».

Voici un exemple qui démontre le niveau de désespoir du gouvernement du Québec. Au Québec il est interdit par la loi de faire la promotion de produits et services directement aux enfants et les médicaments et produits pharmaceutiques y sont explicitement mentionnés : https://www.opc.gouv.qc.ca/fileadmin/media/documents/consommateur/bien-service/index-sujet/guide-application.pdf Le premier ministre enfreint donc la loi en faisant la promotion des « vaccins » directement aux enfants avec l’aide du Père Noël. C’est répugnant et honteux, et selon nous, criminel, puisque ces « vaccins » n’ont jamais été « testés » ni approuvés pour ce groupe d’âge. https://m.youtube.com/watch?v=Ik98Vabp6rou0026feature=share

C’est la même histoire partout dans le monde, ou des centaines de millions de personnes ont compris l’arnaque de la « pandémie » et ne veulent rien savoir d’une « vaccination » inutile et dangereuse. Par exemple, en Russie, c’est plus de la moitié de la population qui a vu la vérité et qui ne font pas la file pour se faire « vacciner » : https://www.cnn.com/world/live-news/coronavirus-pandemic-vaccine-updates-03-02-21/h_6b60e72010847bfeee41ddf15aa93e26

ADDENDUM 25 juillet 2021 : Même si une majorité de Canadiens ont maintenant été dupés pour se faire injecter, des sondages démontrent qu’une majorité des personnes ne l’ont pas fait de façon éclairée pour prendre soin de leur santé, mais plutôt pour des raisons purement politiques, de convenance, par extorsion ou chantage émotionnel ou financier de la part de la famille, des amis, employeurs, des gouvernements, des commerces, et surtout, purement pour des raisons pratiques en anticipation de « pouvoir voyager ». Des centaines de milliers d’autres l’ont fait uniquement pour participer à cette loterie sordide que les promoteurs des injections ont concocté qui va à l’encontre de tous les repères moraux et éthique médicale. Pour une majorité, la décision n’a rien à voir avec la santé, comme il se devrait pour n’importe quelle intervention médicale. L’infâme association officielle de médecine de la province ne fait absolument rien pour dénoncer cette loterie immorale et fort probablement illégale, comme bien d’autres actions des différents gouvernements.

Partout dans le monde, les spécialistes ne se font pas vacciner

Plusieurs médecins et infirmières à travers le monde dénoncent l’utilité, l’efficacité et la sécurité des « vaccins ». Voici les plus récents résultats du sondage Gallup aux États-Unis : plus de la moitié des travailleurs de la santé ne veulent pas se faire vacciner. À défaut d’avoir fait vous-même vos recherches exhaustives et être arrivé à une décision éclairée et définitive, vous pouvez ajouter cette réalité à votre processus de décision ! https://news.gallup.com/poll/328688/front-line-workers-no-keener-others-vaccine.aspx

Cependant, afin de ne pas faire dérailler l’objectif de « vaccination », les gouvernements interdisent la pensée critique pour ces spécialistes de santé, avec des menaces de bannissement ou punition. Ils n’ont plus le droit d’utiliser leurs connaissances, leur intelligence, et leur droit d’opinion professionnelle, mais doivent obligatoirement suivre « la ligne de parti », le parti étant celui de la vaccination pour tous sans aucune nuance. Voici un exemple, en Australie, où le gouvernement met en demeure tous les praticiens de la santé à travers le pays : https://www.smh.com.au/national/doctors-healthcare-workers-to-be-punished-for-anti-vax-covid-claims-20210310-p579dk.html

Ce ne sont pas seulement les citoyens qui craignent les dangers de cette campagne de vaccination. La majorité des infirmières et médecins au Québec hésitent à se faire vacciner : https://www.lapresse.ca/covid-19/2020-12-15/centre-hospitalier-geriatrique-maimonides/les-employes-hesitants-face-au-vaccin.php

Aux États-Unis, c’est une majorité des travailleurs d’urgence (pompiers, ambulanciers), et employés de transit : https://thehighwire.com/videos/americas-heroes-saying-no-to-covid-vaccine/

Des groupes d’infirmières refusent de « vacciner » des cobayes dans une expérience à grande échelle : https://fox4kc.com/news/nurses-in-coffey-county-refuse-to-give-covid-19-vaccine/

Encore aux États-Unis, des travailleurs de la « santé » refusent de se faire « vacciner » et paient le prix pour leur refus : https://wkow.com/2021/01/15/rock-county-nursing-home-likely-first-to-require-staff-to-be-vaccinated-workers-express-concern/

Des centaines de travailleurs de la santé en Grande-Bretagne dénoncent ces « vaccins » et les considèrent comme expérimentaux, dangereux et poisons : https://www.dailystar.co.uk/news/latest-news/hundreds-nhs-staff-form-anti-23018562

Aux États-Unis, une majorité des travailleurs de la santé à Los Angeles ne veulent pas se faire vacciner immédiatement et préfèrent attendre : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.11.18.20234468v1

En Italie c’est la même histoire, où un médecin en chef affirme qu’il ne se fera pas vacciner dans les conditions actuelles, à cause du manque total de transparence et de confiance : https://www.ansa.it/english/news/general_news/2020/11/23/top-medic-crisanti-says-wouldnt-take-covid-vaccine-today_47bb6613-b609-48dd-86eb-4999db3c2a94.html

En Russie, ce sont les médecins qui doutent et craignent les « vaccins » : https://www.cnn.com/2020/12/23/europe/russia-vaccine-skeptics-doctors-intl/index.html

Même le président et tous les membres du conseil de direction de la compagnie Pfizer ne se portent pas volontaires pour démontrer leur confiance en leur produit. Bien sûr, l’argument utilisé est qu’ils ne veulent pas paraître comme étant privilégiés et comme sautant la file. Cependant, cet argument est bidon puisque le vaccin n’est pas la propriété du gouvernement, n’est pas un produit réquisitionné par le gouvernement, et si le produit est si merveilleux pour « sauver sa vie », il n’y a aucune justification morale ni légale pour s’abstenir. Ce même président de la compagnie s’est vu refusé l’entrée en Israël récemment puisqu’il n’avait pas reçu sa vaccination complète : https://www.nbcnewyork.com/news/national-international/pfizers-ceo-hasnt-gotten-his-covid-vaccine-yet-saying-he-doesnt-want-to-cut-in-line/2778971/

La médecin et avocate américaine Dr. Simone Gold, membre du regroupement America’s Frontline Doctors, qui a fait les manchettes dans les grands médias américains tout au long de 2020 a récemment fait une conférence sur les « vaccins » expérimentaux et son interprétation de la « pandémie ». Aucunement « anti vaccin », elle est cependant catégorique quant à l’utilité, efficacité et dangerosité de ces nouveaux « vaccins » expérimentaux. La vidéo de cette conférence, qui avait été visionnée des centaines de milliers de fois, et qui a été retirée de YouTube le 20 janvier 2021, a été transférée sur un site web qui n’interdit pas la liberté de parole la même journée, que voici : https://www.bitchute.com/video/9euSZGbO4Xmz/

Elle a été attaquée malicieusement par les autorités. Avec ses collègues, elle a lancé une pétition importante pour demander de stopper cette expérimentation à grande échelle sur l’humanité, et surtout, de permettre le libre choix quant à tout traitement médical, incluant ce nouveau « vaccin » expérimental, que vous pouvez signer électroniquement ici : https://stopmedicaldiscrimination.org/home

Pourquoi « vacciner » ces millions de personnes qui ont été des « cas » ? Ne sont-ils pas déjà immunisés ?

La plus récente étude faite sur l’immunité naturelle suivant une infection avec ce virus démontre que notre système immunitaire se comporte de la même façon qu’avec n’importe quel virus grippal, et que nous avons une immunité naturelle bien supérieure qu’avec n’importe quel « vaccin » : https://www.sciencedaily.com/releases/2021/01/210106142648.htm

Une autre étude publiée dans le New England Journal of Medicine arrive à des conclusions similaires, avec une protection naturelle d’au moins 6 mois quand on a été infecté naturellement, mais uniquement arrêté à cette durée puisque c’est à ce moment que l’étude a été publiée : https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2034545  Il est possible et même probable que l’immunité soit beaucoup plus longue.

Si on devait croire les informations qui circulent actuellement et que la situation « pandémique » est critique et que des centaines de milliers ou millions de personnes sont des « cas » parce qu’ils ont eu un résultat de « test » « positif », il faudrait aussi croire que toutes ces personnes sont maintenant naturellement immunisées. Puisque rien ne vaut l’immunité qu’une infection naturelle elle-même nous procure, alors à quoi bon de « vacciner » une personne qui a eu cette « maladie ». Certains diront que la « maladie » peut « s’attraper » plus d’une fois, même après l’avoir eue. S’il en est ainsi, alors à quoi bon se faire « vacciner » ? Personne ne peut être assez arrogant pour avancer qu’un « vaccin » est plus efficace que la maladie elle-même pour procurer l’immunité. Eh bien oui ! Certains avancent absolument gratuitement et sans aucun fondement ni dans le gros bon sens ni dans la science de l’immunisation qui existe depuis des centaines d’années, ni avec des données, que le « vaccin » est plus efficace que le virus lui-même pour assurer l’immunité. Est-ce que nous devons expliquer cette absurdité ? C’est le comble de la folie, encore une fois, qui ne vaut même pas plus de notre attention.

Quand des personnes demandent pourquoi on « vaccine » les personnes qui ont déjà testé « positivement », on se défend aussi parfois en disant que le test était peut-être un faux positif, alors vaut mieux être prudent et « vacciner » quand même. On défend toutes les mesures sanitaires avec la présence de beaucoup de tests positifs dans ces statistiques en haut à droite de l’écran de télévision, on impose des tests, on permet de voyager seulement avec des tests, etc., et si on critique ces tests on se fait traiter de « complotiste ». Mais quand vient le temps de parler de la « vaccination » de personnes qui ont déjà « eu » la « maladie » en « testant » « positivement », on minimise alors la valeur du « test ». Voyez-vous l’hypocrisie et le double standard ? Même après que les études scientifiques précédentes ont été publiées, aucune autorité dans le monde entier n’a remis en cause sa campagne de vaccination pour toutes les personnes, même les personnes qui ont déjà été « infectées ». C’est désolant, mais encore une autre preuve que la science n’a rien à voir avec tout ce qui se passe en ce moment.

En fait, l’évidence commence même à sortir qu’il est fort probable que la « vaccination » de personnes qui sont déjà infectées par le virus, ou bien qui ont eu une infection dans le passé, serait extrêmement dangereuse. Dans un foyer de personnes âgées de l’État de New York qui a commencé à vacciner 193 de ses résidents le 22 décembre 2020, 24 décès se sont produit dans seulement environ deux semaines suivant la vaccination. En Israël, un jeune travailleur social de 23 ans en parfaite santé a développé une maladie chronique inflammatoire grave qui menace sa vie seulement 24 heures après avoir reçu le vaccin. Dans le même article, vous pouvez lire que deux hommes du même pays sont morts quelques heures après avoir été « vaccinés ». Ce ne sont que deux exemples.

C’est un danger déjà bien connu dans le monde de la vaccination. Il est dangereux de vacciner une personne qui a déjà eu la maladie visée de façon naturelle. C’est encore une fois le principe de l’« apprêt pathogénique » qui se manifeste. Ce principe fonctionne dans les deux sens pour les coronavirus. Il est autant dangereux de recevoir un « vaccin » quand on a déjà eu l’infection, que d’avoir l’infection naturellement après avoir eu le « vaccin », comme expliqué dans une section plus haut.

IMPORTANT ! Nous revenons ici sur les décès de ces religieuses du Kentucky que nous avons mentionnées dans la section sur les torts causés par les « vaccins ». Il y a un médecin cardiologue et immunologue américain influent, le Dr Hooman Noorchashm, qui est un fervent défenseur de la vaccination et que nous respectons énormément (même s’il est un fervent défenseur de la vaccination en général), car il sait conserver un esprit lucide et critique, et par conséquent son intégrité. Il a récemment envoyé un cri du cœur à ce monastère les suppliant de ne pas se soumettre aveuglement à leur « seconde dose » de « vaccin » programmée pour le mois de mai 2021. Il leur explique qu’il doute énormément que les premiers décès dans leur monastère soient une « coïncidence ». Il est plutôt persuadé que les décès sont probablement survenus parce que les religieuses avaient déjà été exposés à ce virus avant leur isolation, et possédaient déjà des anticorps contre le virus, et que le « vaccin » a eu un effet catalyseur sur l’infection. Ceci nous ramène à ce problème fondamental de la « vaccination » contre les coronavirus, « l’apprêt pathogénique » que nous avons décrit plus haut. Ce même médecin a aussi écrit une lettre aux autorités américaines les mettant en garde contre un programme de « vaccination » universelle aveugle.  Voici les lettres aux religieuses et les lettres aux autorités de santé publique :

Voici deux entrevues vidéo percutantes avec ce même médecin Noorchashm. Les deux premières sont particulièrement intéressantes et réussissent à trouver, dans un tour de force incroyable, un terrain d’entente entre les deux « camps » :

Un autre tel désastre de vaccination post-infection est survenu au Samoa en 2019 quand les autorités ont jugé bon de procéder à une campagne massive de vaccination contre la rougeole en plein milieu d’une épidémie. Plusieurs estiment que cette campagne précipitée de vaccination a contribué aux dizaines de décès chez de jeunes enfants, un taux de mortalité supérieur à l’infection naturelle : https://news.un.org/en/story/2019/12/1053131

Il y a des centaines de cas individuels semblables, mais voici deux cas particuliers de médecins ayant subi le même sort (mort) qui ont attiré l’attention des autorités cette année :

Tout ceci nous ramène à la case départ du bulletin où notre directeur de santé publique met en garde la population contre la « vaccination » telle que recommandée par Santé Canada, et aussi aux réserves de l’expert en vaccination Geert Vanden Bossche qui met en garde toutes les autorités à travers le monde contre une campagne de « vaccination » universelle en pleine « pandémie ».

La vaccination après l’infection a toujours été un problème majeur dans le monde de la vaccination, et ceci est normalement étudié dans des essais cliniques bien menés. Dans ce cas-ci, cet aspect a été minimisé ou complètement ignoré. Voici ce que la FDA a écrit dans son mémorandum d’autorisation urgente du « vaccin » Pfizer à la page 53 :

« The lack of data on how the vaccine impacts asymptomatic infection and viral shedding was also pointed out and that this should be addressed prior to study unblinding. Other committee members were concerned about limited data available in certain subpopulations such as HIV-infected individuals, individuals with prior exposure to SARS-CoV-2 and certain demographic groups. »  – FDA

Ils admettent qu’il n’y a non seulement aucune information concernant l’infection asymptomatique après la « vaccination », comme mentionné plus haut, mais aussi comment il n’y a pas d’information sur la « vaccination » post-infection. Comme expliqué dans les sections précédentes, nous sommes en train de nous rendre compte de ce véritable désastre en temps réel dans l’expérimentation sur la population en général. C’est en réponse à ce désastre que notre directeur de la santé publique a donné son avertissement.

Les gouvernements et les compagnies créent un engouement artificiel

Il est devenu assez évident partout dans le monde qu’une proportion très importante de personnes ne sont pas du tout intéressées à servir de cobayes pour cette grande expérience « vaccinale » de type Frankenstein. Les autorités et l’OMS sont frustrés par ces informations, car leur campagne de terrorisme (créer la terreur dans la population) a partiellement échoué. En réaction, pour créer une apparence d’engouement inexistant, les compagnies annoncent à peine un mois après le début de la campagne planétaire de « vaccination » qu’elles ont soudainement et mystérieusement des « problèmes » de productions de leurs « vaccins », qui ont pourtant été produits par dizaines de millions en un rien de temps dans les jours passés. Ainsi, toute une campagne de propagande enflammée par les médias est apparue à la fin du mois de janvier 2021, qui fait croire que tous les pays du monde se battent et font une surenchère pour obtenir plus de « vaccins » rapidement. On essaie de créer un nationalisme « vaccinal » pour soulever les passions des personnes indécises ou manipulables, comme beaucoup de journalistes, qui se joignent à ce mouvement. Des articles quasi-quotidiens dans nos médias provinciaux et nationaux décrivent comment le Canada « a réussi à obtenir X millions de doses supplémentaires de tel pays ou de telle compagnie ». Ce ralentissement programmé de la campagne de « vaccination » a aussi pour effet de laisser les autres compagnies qui ont traîné de la patte amener enfin leur version de « vaccin » à la table. Depuis le ralentissement de la campagne, deux nouveaux « vaccins » ont été approuvés par Santé Canada. Cette pause a aussi comme objectif de calmer la montée fulgurante de rapports de millions de réactions graves et milliers de décès suite à la « vaccination ». On en profite aussi pour annoncer toutes les histoires de personnes qui ont supposément triché pour obtenir un « vaccin » plus rapidement, encore une fois pour gonfler l’apparence d’engouement. La fabrication d’une apparence de rareté fait partie de Marketing 101 ! Oui, c’est sordide et malicieux. Malgré ces efforts, la vérité est que plus d’une personne sur deux ne veut absolument rien savoir de cette expérience de thérapie génétique à grande échelle. Il y a une lueur d’espoir !

Concernant la menace de l’obligation par les autorités

Avant tout, il faut mentionner que l’autorisation d’utilisation urgente de Santa Canada pour les « vaccins » est largement basée et dépendante sur l’approbation de la FDA américaine ou autre agence semblable européenne. En fait, il ne faut que regarder ce qu’il s’est produit avec le « vaccin » Janssen (Johnson&Johnson). Quand la FDA l’a suspendu, Santé Canada a immédiatement suivi dans la même voie, malgré avoir autorisé aveuglement le « vaccin » un mois avant. La même chose s’est produite avec le « vaccin » AstraZeneca et toutes ses tergiversations. Autrement dit, Santé Canada est plutôt à la merci des décisions des autres plus grandes agences d’autorisation. Or, nous opinons que si le Canada dépend de l’expertise et du jugement des autres pays pour guider ses autorisations, il devrait aussi appliquer les mêmes conditions d’utilisation que dans les autres pays sur lesquels il a calqué ces autorisations. Concernant les « vaccins » approuvés en urgence pour la « pandémie », la FDA américaine spécifie explicitement que cette autorisation est conditionnelle à ce que l’administration de ces « vaccins » soit faite avec un consentement éclairé de la personne. Vous pouvez lire ceci dans la partie b) et le troisième alinéa de cette section :

https://www.fda.gov/regulatory-information/search-fda-guidance-documents/emergency-use-authorization-medical-products-and-related-authorities#relating

« the statute requires that FDA ensure that recipients are informed……; That they have the option to accept or refuse the EUA product… »   – FDA

Il existe peut-être une condition semblable explicite dans l’autorisation d’urgence de Santé Canada, mais nous n’avons pas encore réussi à la trouver dans la quantité gigantesque de documentation disponible.

Les principes de droit international sur l’expérimentation médicale découlant du procès de Nuremberg, pointent aussi dans la même direction, où toute expérimentation médicale ne devrait jamais être faite sans le consentement éclairé des cobayes. Nous constatons depuis plus de trois mois, que la campagne de « vaccination » est manifestement une grande expérience médicale planétaire, avec des tenants et aboutissants ajustés quotidiennement.

Le droit à l’auto gouvernance, ce droit inaliénable que nous avons, une fois nés, d’avoir le dernier mot sur notre existence, notre intégrité physique et mentale, devrait primer sur tout autre droit. Tout empiétement sur ce droit est une forme d’esclavage ou d’asservissement. À nos yeux, un traitement médical forcé, sans consentement éclairé, incluant et surtout, toute injection directe dans le sang, ce précieux liquide vital, ne diffère en rien d’un viol. En fait, une telle violation vaccinale est probablement encore pire puisque les effets physiologiques et anatomiques sont dans tous les cas, permanents et irréversibles. C’est précisément le but souhaité de la vaccination, de vous modifier biologiquement pour le restant de la vie ! Mais dans les deux cas, viol ou vaccin, il s’agit d’une violation d’un droit donné par notre Créateur d’être maître de son corps, autant mentalement, moralement que physiquement. Dans les deux cas, la violation a aussi des effets psychologiques permanents et des conséquences à long terme sur la santé mentale. La seule différence est que dans le cas de la vaccination forcée, la loi protège le violeur. Pour nous, l’auto gouvernance est un droit qui se situe au-delà du droit artificiel post-natal créé par l’homme et ses lois. Nos ancêtres se sont battus pour abolir l’esclavage, cette idéologie qui laissait croire qu’une personne pouvait détenir un droit sur une autre personne. Mais en plus de ce droit naturel ou « divin » à l’auto détermination, il y a une multitude de lois créées par l’homme qui nous protègent de toute obligation à se soumettre à un traitement médical contre son gré. Tout ceci est bien reconnu par les juristes et les dirigeants, malgré des aberrations comme la loi médicale et la Loi sur la santé publique du Québec. Par exemple, le débat concernant l’esclavage, chez nos voisins du Sud, se situait à un niveau bien supérieur qu’une simple question juridique, car la loi de l’époque appuyait clairement cette pratique. Le débat en était un philosophique et moral, qui est et devrait toujours se situer au-dessus des lois. C’est la morale qui devrait dicter les lois, et non le contraire. Quand il a finalement été établi que l’esclavage était immoral, les lois ont été ajustées en conséquence. Même si cette dégoûtante et vile Loi sur la santé publique du Québec autorise la vaccination obligatoire et forcée avec violence, cela n’en fait pas quelque chose de moralement acceptable. Pour nous, cette loi est aussi répugnante que les lois qui autorisaient l’esclavage il y a des centaines d’années. Malheureusement les lois sont le produit de simples hommes et parfois ces derniers n’ont pas l’étoffe intellectuel et moral qu’il faut pour cette tâche. C’est ce qui explique que la morale et la justice ne coïncident pas toujours. Et ils le savent très bien.

Pris dans cette situation difficile et sachant très bien qu’ils feraient face à une révolution violente s’ils tentaient d’appliquer cette loi Hitlérienne de vaccination obligatoire et forcée, les gouvernements tentent de s’y prendre autrement pour accomplir leur agenda de « vaccination ». Ils choisissent de ne pas appliquer leur loi de vaccination obligatoire qu’ils savent et reconnaissent immorale, parfois même publiquement. Malheureusement, ils procèdent de façon indirecte et sournoise, en autorisant l’accès à certains lieux, activités ou services uniquement aux personnes « vaccinées », comme expliqué plus haut. Depuis un temps déjà, l’Argentine (pour les passeports, mariage, permis de conduire, etc.), l’Australie (pour les prestations sociales), certains états des États-Unis (pour l’école), et certains pays d’Europe (pour voyager), ont adopté des lois de discrimination médicale, qui obligent les personnes à se conformer médicalement, sous peine d’interdiction d’accès ou d’obtention de service. En Espagne, le gouvernement a annoncé récemment qu’il a instauré un registre national des personnes qui refusent de se soumettre à la vaccination et que ce registre allait être partagé avec d’autre pays, comme une sorte de blacklist. En Israël, c’est le même son de cloche, qui permet de partager publiquement le statut « vaccinal » de toute personne, une sorte de campagne de « shaming » pour les personnes non vaccinées. Nous pouvons juste imaginer que la prochaine étape sera d’imposer le port d’une étoile de couleur désignée pour les non-vaccinées, comme l’ont déjà proposé des dirigeants dans d’autres pays. Autrement dit, le principe sacré de la confidentialité médicale est dorénavant anéanti. Au Canada, tout semble indiquer que les dirigeants envisagent aussi toutes ces approches révoltantes pour beaucoup de personnes. Avec le même genre de perversion morale, un ministre québécois du gouvernement actuel veut même aller plus loin et commercialiser les informations médicales des Québécois en les vendant aux compagnies pharmaceutiques, une « vraie mine d’or » selon lui : https://www.tvanouvelles.ca/2020/08/28/la-vente-des-donnees-de-sante-est-deja-amorcee-1

En Australie, un des premiers pays à parler de ségrégation vaccinale, ce sont les avions, restaurants, bars, cinémas, et transports publics que le gouvernement compte interdire aux personnes biologiques et naturelles, ou « non vaccinées » : https://www.dailymail.co.uk/news/article-8642173/Anti-vaxxers-refuse-coronavirus-jab-banned-restaurants.html

En Israel, très ironiquement, nous assistons à la politique la plus discriminatoire de la planète. Le ministre de la santé affirme sans équivoque que les personnes qui refusent de se soumettre à cette campagne expérimentale de « vaccination » seront « laissées en arrière ». En effet, le gouvernement de ce pays a déjà instauré un système de « badge verte » qui permettra aux personnes « vaccinées » d’avoir accès à toutes les activités jugées non-essentielles, comme les restaurants, cinémas, et autres lieux publics. On utilise donc l’extorsion pour renforcer cette campagne de « vaccination ». Rappelez-vous que c’est dans ce pays qu’il y a eu un nombre effroyable de décès et torts causés par les « vaccins ».

Au Québec, c’est le même genre de stratégie d’extorsion et d’abus de pouvoir qui se dessine pour forcer toutes les personnes à adhérer à cette véritable secte de vaccination. Il semble qu’on suit le reste du monde comme des moutons. Pas si distincte, après tout, notre société !

Québec 9 avril 2021 : Le gouvernement vient de franchir le point de non-retour. Il a maintenant rendu la vaccination obligatoire pour tous les travailleurs de la santé, sous peine de devoir se soumettre à des tests de dépistage PCR à chaque deux jours, de réassignation ou congédiement en cas de refus ou impossibilité ou refus de réassignation. Voici le décret officiel et la page complète des décrets « pandémiques » :

Pensez un instant : le gouvernement du Québec force à se faire « vacciner », avec des menaces de représailles, les mêmes infirmières et médecins qui sont les gardiens de la médecine ! Voyez-vous l’ironie ? Il y a tellement de ces personnes qui ont vu en première ligne les supposés torts de cette « pandémie » et qui voient également les torts causés par les « vaccins » mais qui, malgré leurs connaissances dans la médecine, leur bon jugement et des faits sur le terrain, ne veulent pas se faire « vacciner », que le gouvernement les force à se faire « vacciner ». Si une grande proportion de ces professionnels ne veulent pas se soumettre à ces « vaccins » expérimentaux, cela en dit long.

Le but ultime, un passeport vaccinal pour tous les vaccins et « vaccins »

Ce qui effraie sans doute le plus les personnes qui ne sont pas intéressées par les vaccins, qui veulent conserver leur droit fondamental à l’intégrité physique, et qui comprennent et constatent tous les torts et décès qui surviennent actuellement, c’est la création d’un « passeport vaccinal ». Cette réalité est la plus inquiétante puisqu’elle minerait la vie des millions de personnes qui ne veulent pas adhérer à cette véritable secte vaccinale, qui est en train de prendre le contrôle de la planète.

Encore une fois, l’Australie, en tant que terrain d’essais pour ces expériences sociales depuis le début de la « pandémie », a déjà commencé à faire circuler cette idéologie. Les dirigeants ont annoncé qu’ils étudiaient la façon légale et logistique de pouvoir bannir l’entrée aux bars, aux restaurants et aux transports publics aux personnes normales et naturelles qui ont refusé de participer à l’expérience de « vaccination ». Jusqu’à présent, 100% des « idées » qu’on a commencé à faire circuler en Australie ont fait leur chemin jusque dans la législation. Et 100% ce qui s’est produit en Australie a éventuellement fait son chemin ici. Vous aurez été avisés ici ! https://www.dailymail.co.uk/news/article-8642173/Anti-vaxxers-refuse-coronavirus-jab-banned-restaurants.html   Et beaucoup d’autres pays ont déjà commencé à parler d’appliquer ce modèle pour tous les vaccins qui existent, et d’autres procédures médicales jugées « bénéfiques pour la société » par le législateur.

Pour connaître où on en est rendu dans le monde, incluant au Canada, concernant le scandaleux « passeport vaccinal », voici une vidéo du journaliste Jefferey Jaxen qui décrit bien la situation actuelle : https://thehighwire.com/videos/are-vaccine-passports-coming/ Ce n’est définitivement plus de la spéculation. De la même façon que la plupart des pays ont embarqué aveuglement dans l’arnaque de la « pandémie », ils embarquent maintenant dans la folie de la ségrégation médicale. Ironiquement, pour l’instant, la seule autorité qui semble décrier la folie de la nécessité de « vaccin » pandémique pour voyager, est l’OMS ! Voici la prise de position actuelle : https://www.who.int/news-room/articles-detail/interim-position-paper-considerations-regarding-proof-of-covid-19-vaccination-for-international-travellers Il ne faut cependant pas trop se réjouir puisque l’OMS a constamment tergiversé depuis le début de cette folie « pandémique », adoptant des positions stratégiquement pour les renverser d’un jour à l’autre. Depuis le début de cette affaire, il y a eu un jeu constant de « bon cop bad cop » pour tâter le terrain, jauger les réactions, et s’adapter pour faire avancer l’agenda de la « vaccination ». Voici ce que l’OMS écrit actuellement :

« Il y a un bon nombre d’inconnus scientifiques demeurent concernant l’efficacité des vaccins pour la COVID-19 : l’efficacité à prévenir la maladie et à limiter la transmission, incluant des variants de SARS-CoV-2 ; la durée de la protection offerte par la vaccination ; la programmation des doses d’appoint ; à savoir si la vaccination offre une protection contre l’infection asymptomatique… »     -OMS

Ne trouvez-vous pas cela extraordinaire qu’on avoue essentiellement ne connaître absolument rien concernant les « bénéfices » de ces « vaccins » alors même qu’on est en train de les injecter dans des millions de personnes ? Il n’y a qu’une chose que nous connaissons parfaitement et définitivement concernant les « vaccins », c’est qu’ils ont blessé des millions de personnes et tué des milliers d’autres.

Au Québec, l’INSPQ a donné le feu vert au « passeport vaccinal ». Reste juste à voir jusqu’à quel point le gouvernement va serrer l’extorsion médicale : https://www.lapresse.ca/covid-19/2021-04-01/le-passeport-vaccinal-est-justifiable-tranche-l-inspq.php

Aux États-Unis, voici ce que le gouvernement américain est en train de concocter : https://www.theepochtimes.com/mkt_breakingnews/biden-administration-responds-to-reports-on-development-of-vaccine-passports_3753379.html

En Israël, ils ont maintenant recours à des bracelets de géolocalisation pour traquer les voyageurs qui entrent au pays. Une citoyenne de ce pays a lancé un appel de détresse internationale cette semaine : https://youtu.be/WMsn0bj_P6o

En Islande, en Arabie Saoudite, en Grande-Bretagne et ailleurs, le « passeport vaccinal » est aussi devenu une réalité : https://www.euronews.com/travel/2021/03/18/vaccine-passports-iceland-allows-in-all-travellers-with-jab-certificates

Après une éruption volcanique à St-Vincent, seules les personnes ayant été « vaccinées » ont été autorisées à embarquer dans le navire d’évacuation : https://www.rt.com/news/520696-vincent-volcano-evacuation-vaccinated/

C’est beaucoup plus qu’une question de « vaccination » ou de voyages. Les « vaccins » ne sont que le début de l’instauration d’un système beaucoup plus large de surveillance et de contrôle de conformité sociale. C’est le début d’un monde Orwellien. Voici un cri du cœur d’une entrepreneure en technologie Américaine influente Naomi Wolf, qui avertit que si le concept de passeport vaccinal se répand aux États-Unis, c’est la fin de la démocratie, du capitalisme, et le dernier maillon dans l’instauration d’une dystopie tyrannique. Pas dans 10 ou 100 ans, mais bien ici et maintenant. Elle explique qu’au point de vue technologique, ils ne sont qu’à quelques clics d’instaurer un contrôle sociétal complet. Elle explique que l’aspect « vaccinal » de ces nouveaux passeports numériques ne sont que la pointe du glacier : https://brandnewtube.com/v/JVh61M

Pour les personnes qui n’adhèrent pas du tout à cette secte vaccinale et qui ont fait toute une vie en santé grâce à l’absence de vaccins, c’est une situation très inquiétante. Quand on a été témoin des ravages causés par la vaccination tout autour de nous, dans notre société mais aussi dans les populations les plus démunies et vulnérables, comme en Afrique (mais aussi en Asie et Amérique latine), et qu’on voit l’étau de cette nouvelle « vaccination » expérimentale à grande échelle se resserrer, c’est même épeurant. Cependant, nous nous consolons en nous disant que si les dirigeants ont recours à des moyens de coercition et d’abus de pouvoir pour forcer l’adhésion à leur secte, c’est que la résistance est énorme et qu’ils sont véritablement désespérés.

Nous rappelons qu’il a déjà été admis par les compagnies et les autorités que leurs « vaccins » ne vaut rien pour stopper la « pandémie », et que des « vaccinations » à perpétuité sera nécessaire. Le tout dernier à l’admettre est le directeur même du NIH américain, le fameux Anthony Fauci : https://www.cnbc.com/2021/04/15/dr-fauci-when-we-will-need-booster-shots-for-covid-vaccine-timeline.html

Il y a une bonne nouvelle. Aux États-Unis, des gouverneurs et membres républicains du congrès américain prennent une position très ferme contre les passeports vaccinaux. Voici le gouverneur de la Floride qui a officiellement interdit ces passeports, et une représentante au congrès qui tente de faire la même chose :

Conclusion

La « vaccination » proposée actuellement est en fait une thérapie génétique expérimentale, pas un vaccin. Elle n’a aucune raison d’être, puisqu’elle vise un simple virus qui est sans aucun effet sur 80% des personnes qui le rencontrent, et sans danger pour la vie pour 99,98% des personnes (si nous croyons intégralement les décès officiels rapportés). Ce n’est qu’une autre variété de grippe annuelle. Il ne vaut même pas la peine de parler de l’efficacité de la « vaccination puisqu’elle n’a rien contre quoi être efficace. Il n’y a jamais eu de véritable « pandémie », telle que définie historiquement, qui justifierait une campagne de « vaccination » massive. Le développement, les « essais », et l’autorisation des « vaccins » est une arnaque frauduleuse de première classe. Ils sont extrêmement dangereux à court terme et potentiellement aussi à moyen et long terme. Les « vaccins n’ont pas été approuvés par la FDA et n’ont pas été pleinement approuvés par Santé Canada. Les « vaccins » ont blessé des millions de personnes, hospitalisé des centaines de milliers d’autres, et tué des milliers de personnes partout sur la planète, impunément. Au Québec, 3% des personnes sont hospitalisées après avoir été « vaccinées ». Ni les fabricants, ni les autorités de santé publique, ni les membres du gouvernement, ni le personnel de la santé sont redevables pour les torts et décès causés par la « vaccination ». L’arnaque de la campagne de « vaccination pandémique » a déjà été transformée dans une simple campagne de vaccination annuelle comme pour la grippe, dans les projections financières des fabricants de « vaccins ». La « vaccination » proposée est un jeu de roulette russe, sans aucune contrepartie, ni individuelle, ni collective. Une majorité des travailleurs de la santé à travers le monde ne veulent pas du tout se faire « vacciner ». Et vous, qu’en pensez-vous ?

En vous faisant « vacciner », vous faites beaucoup plus que de mettre votre santé à risque sans aucun bénéfice pour vous ou la société. Vous ne pouvez même pas prétendre servir de cobaye dans une expérience altruiste pour le bien commun, puisqu’on ne fait que « vacciner » aveuglement, sans aucun contrôle, sans suivi, sans responsabilité ni groupe placebo. Vous ne faites que dépenser l’argent durement gagné par votre famille, vos amis et vos voisins pour remplir les poches de quelques compagnies pharmaceutiques diaboliques. Vous participez, encouragez, et fomentez un des plus grands crimes contre l’humanité jamais commis. Vous ouvrez la porte à un monde dystopique où la tyrannie pharmaco-médicale règne et une autre forme de division sociale existe. Rappelez-vous de la série Netflix L’autre coté, ou en anglais The Barrier, que nous avons mentionné au début du bulletin. Voyez-vous maintenant que nous nous approchons dangereusement à cette science-fiction.

Mais à la fin du compte, c’est votre corps, votre conscience, et nous pensons que toutes décisions qui s’y rattachent doivent, et devraient toujours demeurer les vôtres.

                                          __________________________________________________________________